1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Éducation : "Le stress en permanence, c'est usant", témoigne un ancien professeur
1 min de lecture

Éducation : "Le stress en permanence, c'est usant", témoigne un ancien professeur

TÉMOIGNAGES - L'Éducation nationale n'arrive plus à recruter suffisamment de professeurs, mais on parle moins des enseignants qui jettent l'éponge. Plusieurs d'entre eux ont expliqué les raisons de leur démission sur RTL.

Une enseignante dans une salle de classe à Corbeil-Essonnes
Une enseignante dans une salle de classe à Corbeil-Essonnes
Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
L'invité de 7h20 du 16 septembre 2021
03:39
Marie Guerrier - édité par Théo Putavy

Le nombre de démissions d'enseignants a été multiplié par quatre en dix ans, passant de 364 en 2009 à 1.417 en 2018. Pour la moitié d'entre eux, il s'agit de professeurs stagiaires qui lâchent prise dès leur première année de classe, confrontés à la difficulté du métier. 

Mais des enseignants plus expérimentés abandonnent également. C'est le cas de Sébastien qui n'a pas fait sa rentrée cette année après 25 ans à enseigner en primaire. "La situation dans et en dehors de la classe se dégrade. Il y a une pression sur les résultats, des parents, de la société... Le stress en permanence, c'est usant", a-t-il déclaré sur RTL. 

Les professeurs démissionnaires ont des projets de vie différents dans un contexte professionnel compliqué. Sébastien a obtenu de l'Éducation nationale une rupture conventionnelle et va travailler avec un parent dans un commerce. Alors que Yohan, autre ancien enseignant, a obtenu deux ans de mise en disponibilité, une alternative au départ définitif. 

De son côté, l'Éducation nationale travaille sur une réforme de la formation pour permettre une entrée progressive dans le métier et sécuriser les débuts de carrières. Le ministère cherche aussi à améliorer les conditions de travail, proposer d'autres postes, développer une RH de proximité. Audrey Chanonnat, principale adjointe d'un collège de la Rochelle et membre du SNPDEN, s'exprime sur la "crise de vocation" dans le métier. "En tant que chef d'établissement, on a peu de solutions pour reconnaître l'investissement de nos enseignants", a-t-elle admis. 

À lire aussi

Dans la dernière enquête sur le climat scolaire, 38%, seulement, des enseignants du public se disent capables d'exercer le même métier jusqu'à la retraite

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/