1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Éducation nationale : il n'y a "pas d'individualisation des salaires", relève une journaliste
1 min de lecture

Éducation nationale : il n'y a "pas d'individualisation des salaires", relève une journaliste

INVITÉ RTL - Alors que Jean-Michel Blanquer a annoncé une augmentation du salaire minimum des professeurs pour 2024, Sophie De Tarlé, rédactrice en chef du "Figaro Étudiant", a affirmé que tous les professeurs étaient logés à la même enseigne.

Le salaire des professeurs qui débutent ne devrait pas être en dessous de 2000 euros net par mois à partir de 2024
Le salaire des professeurs qui débutent ne devrait pas être en dessous de 2000 euros net par mois à partir de 2024
Crédit : iStock / Getty Images Plus
"Il n'y a pas d'individualisation" des salaires chez les professeurs
06:11
Amandine Bégot & Pascal Praud - édité par Romain Giraud

Jean-Michel Blanquer a déclaré ce mardi 31 août dans une interview au Point qu'il souhaitait que chaque professeur débute sa carrière avec un salaire de 2.000 euros net par mois. Si cette annonce a fait réagir dans le bon sens certains concernés, d'autres estiment ne pas être correctement payés à leur juste valeur, estimant qu'ils devraient être mieux rémunérés en raison de leur zone d'exercice, comme dans la région parisienne. Invitée RTL ce mercredi 1er septembre, Sophie De Tarlé, rédactrice en chef du Figaro Étudiant, a en effet confirmé qu'il n'y avait "pas d'individualisation des salaires."

"Il y a toutes sortes de primes, mais les syndicats souhaitent que l'augmentation soit générale. Lorsque vous êtes dans des zones dites 'prioritaires', des différences de salaires existent mais, quel que soit le fruit de votre travail, les syndicats veulent que les augmentations soient automatiques", précise-elle. Autrement dit, il n'y a pas de valorisation du travail de l'enseignant, comme cela peut-être le cas lors de bons résultats dans d'autres branches de métiers, ni de prime de logement comme à Paris où les loyers sont exorbitants. 

Sophie De Tarlé a par ailleurs admis que la France était très en dessous de la moyenne de l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique) : "La différence est très forte en milieu de carrière, environ 22%. Quelqu'un qui à 10 ans de carrière ne verra pas son salaire augmenter et ces enseignants ne trouvent pas juste qu'un stagiaire, à partir de 2024, touchera la même somme qu'eux", conclue-t-elle. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/