1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - Bourses : "Cette baisse n'est pas un krach, mais une sévère correction", juge Lenglet
2 min de lecture

ÉDITO - Bourses : "Cette baisse n'est pas un krach, mais une sévère correction", juge Lenglet

Les bourses ont fortement chuté jeudi 16 juin, en particulier aux États-Unis. Il ne s'agit pas d'un krach, mais d'une stratégie pour faire baisser l'inflation.

Au sein de Wall Street, la Bourse américaine (Illustration)
Au sein de Wall Street, la Bourse américaine (Illustration)
Crédit : AFP / BRYAN R. SMITH
ÉDITO - La chute de la bourse a été provoquée pour faire baisser l'inflation
00:03:12
ÉDITO - La chute de la bourse a été provoquée pour faire baisser l'inflation
00:03:12
François Lenglet - édité par Philippine Rouvière Flamand

Cette baisse des bourses n'est pas un krach, c'est une sévère correction. La bourse américaine a perdu 23% depuis son plus haut, fin 2021. Mais sur les cinq dernières années, elle a gagné 50%. Quant à la bourse française, depuis son plus haut, le 31 décembre, elle a perdu 18 %. Mais elle n’a progressé que de 12% sur cinq ans. 

Cela s'explique par le mouvement mondial de hausse des taux d’intérêt, déclenché pour refroidir l’économie dans l’espoir de faire retomber l’inflation. Ce mouvement s’est accéléré depuis le 15 juin. En effet, trois banques centrales, dont la plus importante, celle des États-Unis, ont justement augmenté le coût du crédit dans leur pays. Les investisseurs craignent alors la récession, donc la chute des profits des entreprises. Ils décident donc de vendre et cela fait baisser les cours. 

Cette situation n'est pas inquiétante puisqu'il s'agit simplement de la vie des bourses. Il était indispensable de retirer aux investisseurs leur "drogue", le crédit quasi gratuit, qu’ils ont utilisé pour spéculer. Cela a fait grimper artificiellement les cours, en particulier celui des entreprises technologiques, les Tesla et autres. Par exemple, Tesla, dont le cours a perdu entre 8 et 9% hier, a vu son cours divisé par deux par rapport à fin 2021. C’est tout à fait normal et l’entreprise vaut encore plus de 600 milliards d’euros, ce qui reste aberrant. Il faudrait sans doute diviser encore par deux au moins. 

Une baisse synonyme de purge salutaire

Le problème dans ces phases de baisse des cours, c'est qu'elle s’arrête rarement pile au niveau souhaitable, elle va plus loin. Elle peut s’auto-entretenir dans des mouvements de panique et toucher toutes les valeurs, même celles qui n’ont pas connu la folle ascension de 2020-2021. Là, ce serait le krach.
 
Le risque, c’est que plus personne ne recrute et n’investisse, avec une transmission à l’économie réelle, qui est la nôtre, sous la forme d’une hausse du chômage et d’une baisse de la croissance. Une vraie crise, en somme. Nous n’en sommes pas là, même si on voit poindre des signes de ralentissement aux États-Unis
 
Pour l'instant, cette chute de la bourse n'inquiète pas les patrons, puisque la plupart s'y attendaient. Les banques centrales avaient prévenu il y a déjà plusieurs semaines qu’elles allaient sortir le gourdin, d'autant plus que les patrons ont d’autres préoccupations. Leurs carnets de commande sont archipleins, et ils stressent pour se procurer les matières premières dont ils ont besoin, à prix acceptables. Le recrutement est un autre sujet de préoccupation. Il manque du personnel partout, dans tous les secteurs. Ce sont plutôt de "bonnes" inquiétudes.

À écouter aussi

Cela ne veut pas dire que c'est le bon moment pour acheter des actions. La purge n’est sans doute pas finie et, comme disent les boursiers, il ne faut pas s’installer sous un piano qui tombe du haut d’un immeuble.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/