1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. École à la maison : "Nous étions prêts, mais pas le ministère", déplore un syndicat
1 min de lecture

École à la maison : "Nous étions prêts, mais pas le ministère", déplore un syndicat

INVITÉE RTL - À la suite de problèmes techniques, l'école à distance rencontre de nombreux problèmes qui auraient dû être "anticipés", estime Sophie Venetitay, secrétaire générale adjointe du SNES-FSU.

Une étudiante en télétravail (illustration)
Une étudiante en télétravail (illustration)
Crédit : Photo de Vlada Karpovich provenant de Pexels
École à la maison : "Nous étions prêts à travailler, mais pas le ministère", déplore Venetitay
03:14
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière
Animateur

Alors que les restrictions sanitaires ont été durcies par l'exécutif français, la fermeture des établissements scolaires compliquent la tâche des enseignants. De plus, un incendie s'est déclenché chez un opérateur à Strasbourg, impactant de nombreux espaces numériques de travail. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a reconnu également "des attaques informatiques" qui perturbent les serveurs. Sophie Venetitay, secrétaire générale adjointe du SNES-FSU, a rapporté que l'école à distance en subissait les conséquences. Un dysfonctionnement "dans une curieuse répétition de l'an dernier", juge-t-elle.  

"On a l'impression de revivre les premiers jours de l'école à distance de mars 2020 : on aurait dû tirer les leçons", déplore-t-elle, pointant le manque d'anticipation pour la mise en place d'un tel dispositif. "Là encore, rien n'a été anticipé, aussi bien au niveau des collectivités territoriales que du ministère : nous étions prêts à travailler avec nos élèves dès ce matin, mais on n'a pas pu le faire parce que l'institution ne l'était pas, contrairement à ce qu'a assuré le ministre de l'Éducation", poursuit-elle. 

D'après Sophie Venetitay, il était essentiel de "tirer le bilan de ce qui s'est passé l'an dernier". "Depuis l'incendie, rien n'a été fait pour renforcer la robustesse des outils alors qu'on est dans une période de crise sanitaire. On a du mal à comprendre pourquoi il n'y pas eu plus de préparation", confie la secrétaire générale adjointe du SNES-FSU. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/