1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Discrimination : Mahi Traoré raconte le quotidien d'une proviseure noire
3 min de lecture

Discrimination : Mahi Traoré raconte le quotidien d'une proviseure noire

INVITÉE RTL - "Voyons d'abord la compétence et l'humain avant la couleur ou le genre", plaide Mahi Traoré, première femme noire d'origine africaine à être nommée proviseure d'un établissement parisien.

Mahi Traoré, première femme noire à devenir proviseure à Paris.
Mahi Traoré, première femme noire à devenir proviseure à Paris.
Crédit : RTL
Racisme : une proviseure noire raconte les horreurs qu'elle a subies
12:18
Mahi Traoré était l'invitée de RTL du 25 août 2021
12:18
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura - édité par Marie Gingault

Mahi Traoré, première femme noire d'origine africaine à devenir cheffe d'établissement à Paris publie son livre Je suis noire mais je ne me plains pas, j'aurais pu être une femme aux éditions Robert Lafont. Invitée de RTL ce mercredi 25 août, elle raconte les remarques et méprises qu'elle a pu subir dans son travail. Un livre à "l'humour combatif" que la proviseure veut pédagogique. 

Devant l'école, on la prend pour la nounou, si elle et se tient devant la loge du lycée on la prend pour la dame de service, ou pour une surveillante si elle accompagne des élèves en sortie scolaire. "Malheureusement ça arrive encore, mais nous sommes dans la projection de ce qu'on appelle les chaînes de pensées et des micro-agressions, qui sont des agressions quotidiennes que toutes les personnes dites de la minorité peuvent rencontrer quotidiennement dans leur vie", souligne-t-elle. 

"Ces choses-là doivent être dénoncées", martèle Mahi Traoré qui a grandi entre le Mali et la France. "Elles doivent être dites, mais avec humour, et aussi avec ce profond sérieux qui est de faire de la pédagogie et d'amener petit à petit l'éveil des esprits, l'éveil des consciences sur le fait qu'on n'a pas une couleur, un genre, mais qu'on est avant tout des humains, et rien que des humains", souligne celle qui a été nommée proviseure du lycée privé Lucas-de-Nehou, dans le Ve arrondissement de Paris, en septembre dernier.

Toujours dire les choses avec sérénité

Mahi Traoré

Pire que des méprises, ce sont des humiliations que Mahi Traoré a subies pendant plusieurs années dans différents établissements. Une proviseure lui a un jour demandé ses papiers d'identité lors d'une réunion, "parce qu'elle a été surprise de me voir me présenter comme d'autres collègues pour occuper un poste de cadre", explique-t-elle.

À lire aussi

"Cette année je fais dans l'humanitaire en accueillant ma collègue Mahi Traoré qui vient du Mali. Avec ce qu'il s'y passe en ce moment, elle est mieux ici", l'a présentée le nouveau chef d'établissement, lorsque Mahi Traoré venait d'être nommée adjointe. Un "but humiliant" qui "montre une certaine condescendance". Son remède pour affronter la condescendance : faire de la pédagogie et "toujours dire les choses avec sérénité". "Voyons d'abord la compétence et l'humain avant la couleur ou le genre", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/