1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Ligue des champions : le monégasque Tchouaméni victime de racisme en plein match
2 min de lecture

Ligue des champions : le monégasque Tchouaméni victime de racisme en plein match

Alors qu'il venait d'ouvrir le score contre le Sparta Prague lors du match aller du 3e tour des qualifications pour la prochaine Ligue des champions, le monégasque Aurélien Tchouaméni a été victime de cris racistes de la part des supporters tchèques.

Capture d’écran 2021-08-04 à 15.50.00
Capture d’écran 2021-08-04 à 15.50.00
Romain Giraud

L'AS Monaco se déplaçait à Prague en 3e tour préliminaire aller de Ligue des champions ce mardi 3 août. Les hommes de Niko Kovac se sont imposés contre le Sparta (2-0) dans un match où tout s'est très bien passé sur le terrain. Ce fut loin d'être le cas en tribunes.

Cette rencontre a en effet été entachée par des cris racistes à l'encontre des joueurs monégasques. Le milieu de terrain monégasque Aurélien Tchouaméni s'est plaint de cris de singe à son encontre lorsqu'il était en train de fêter son but, le premier de la rencontre.

Après l'avoir signalé à son entraîneur, il l'a précisé à l'arbitre de la rencontre, Michael Oliver. L'arbitre anglais a alors appliqué le protocole mis en place par l'UEFA en demandant au speaker du stade de faire passer un message clair au public : en cas de nouvel incident, la rencontre est arrêtée. Si les joueurs monégasques ont été touchés par la situation, ils sont pourtant restés concentrés, appliqués et disciplinés durant la suite du match où aucun nouvel incident n'a été à déplorer. 

"Nous avons discuté avec l’arbitre de la rencontre et le coach du Sparta à la mi-temps, a déclaré l'entraineur de l'AS Monaco Niko Kovac après la rencontre en conférence de presse, je lui ai dit qu’il n’était pas responsable de ça, mais que nous méritions du respect. C’est ce qui est important, et j’espère vraiment que cela n’arrivera plus jamais", a-t-il conclu.

À lire aussi

Mais comment l'UEFA va-t-elle gérer ce dossier ? Les instances européennes du football s'y pencheront prochainement, une fois que les deux clubs auront fourni leurs éléments. En 2018, une affaire de cris racistes contre le joueur de l'OGC Nice, Mario Balotelli avait été classée sans suite.

"Ce qui s'est passé ne doit pas rester impuni"

Dans un tweet posté ce mercredi 4 août dans la soirée, Aurélien Tchouaméni, a estimé que "ce qui s'est passé ne doit pas rester impuni (...) Il est difficile de trouver les mots pour décrire ce que je ressens à propos de ce qui s'est passé hier", a expliqué le milieu de terrain monégasque dans un long texte en anglais publié sur le réseau social.

J'ai célébré mon but de la même façon que d'habitude et j'ai entendu des cris de singe autour de moi, a-t-il précisé, en équipe, on a décidé de répondre de la meilleure des manières, sur le terrain et je suis fier de mes coéquipiers, de notre entraîneur et de notre staff à ce propos."

L'international espoir français a terminé son message en appelant aux instance, notamment l'UEFA indirectement, d'impliquer les victimes dans le protocole : "l'arbitre a appliqué le protocole, a-t-il reconnu, j'ai deux questions: pourquoi ne sommes nous pas, nous, joueurs victimes de racisme, associés à ce protocole ? Pourquoi peut-on arrêter un match pendant cinq minutes pour savoir si un joueur est hors-jeu d'un centimètre et pourquoi ne peut-on pas en faire de même pour des chants racistes en tribune? Hier, la caméra de notre club était sur la pelouse et les a enregistrés. Ils étaient clairs et sonores." a-t-il conclue. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/