1 min de lecture Pollution

"Dieselgate" : Renault aurait trompé les contrôles anti-pollution

INVITÉ RTL - Un rapport d'expertise révèle que Renault aurait manipulé ses moteurs pour tromper les contrôles anti-pollution. "700 000 voitures sont concernées", précise Pierre Taylor, rédacteur en chef du magazine AutoPlus.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Dieselgate" : Renault aurait trompé les contrôles anti-pollution Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Sarah Duhieu

L'enquête qui vise Renault pourrait connaitre cette semaine un coup d'accélérateur. Le constructeur français est poursuivi pour "tromperie aggravée" dans l'affaire du Dieselgate. Un rapport d'expertise révélé hier dans Le Monde conclut que Renault aurait bien manipulé ses moteurs pour tromper les contrôles anti-pollution.

"On reproche à Renault d'avoir mis en vente des diesel qui ont des dispositifs de dépollution qui passent les normes mais qui une fois dans la vraie vie, ne remplissent plus du tout leur office", explique Pierre Taylor, rédacteur en chef du magazine AutoPlus. Ces systèmes cessent en effet de fonctionner à des températures inférieures ou supérieures à un certain seuil, qui peut être dépassé en conditions normales.

"Cela concerne toute la génération de moteurs dCi qui était en vente dans les années 2015", poursuit-il. "Cela touche donc la Clio, le Captur, le Kadjar, la Talisman et des véhicules de la gamme Nissan. On estime qu'à peu près 700.000 voitures sont concernées".

Jusqu'à 5 milliards d'euros d'amende

Depuis le début, les constructeurs affirment ne pas avoir enfreint les règles, et expliquent qu'elles ne sont pas claires. Il existerait des différences d'interprétation entre les normes françaises et européennes, concernant l'homologation des véhicules.

À lire aussi
78417708_2547080815382690_8195497521523458048_o environnement
Pollution : un cachalot retrouvé avec 100 kg de plastique dans l'estomac

Renault pourrait être jugé pour "tromperie aggravée". "La peine maximum est de 10% du chiffre d'affaire moyen sur les trois dernières années", précise Pierre Taylor. "Renault, c'est entre 50 et 57 milliards sur les trois dernières années, donc ça fait quand même quelque 5 milliards d'euros. On peut aussi imaginer qu'on leur demande de rappeler des véhicules, d'équiper les véhicules de dispositifs qui fonctionnent par toute température... Et là, ça va être un autre coût".

Pour l'instant, Volkswagen est le seul constructeur à avoir reconnu avoir fraudé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pollution Diesel Renault
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants