2 min de lecture Bourgogne

Dentiste accusé de mutilations à Nevers : "On vous fait sept ou huit piqûres, vous êtes coincé", dénonce une victime

REPLAY / TÉMOIGNAGES - Le "dentiste de l'horreur" est jugé ce mardi 8 mars au tribunal correctionnel de Nevers, après avoir mutilé les habitants de Château-Chinon.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
"Dentiste de l'horreur" : "On vous fait sept ou huit piqûres, vous êtes coincé", dénonce une victime Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date :
La page de l'émission
Cindy Hubert Journaliste RTL

La petite ville de Château-Chinon (Nièvre) était un désert médical depuis les années 1990. En 2008, un certain Jacobus Marinus - dit Mark - Van Nierop, chirurgien venu des Pays-Bas, arrive dans la petite commune rurale. Privés de dentiste depuis plusieurs années, les habitants accueillent l'arrivant comme "le messie". Les années passent, les résidents ouvrent les yeux : les murs de Château-Chinon renferment un véritable monstre. En trois ans, le dentiste fera 2.800 victimes. 120 d'entre elles, réunies en association, ont porté plainte contre cet escroc qu'ils appellent "le boucher du Morvan"

Le "dentiste de l'horreur" n'a eu aucune pitié. Une longue litanie d'horreurs est à déplorer : entre des bouts de roulettes laissés dans les plaies, des gencives cousues avec la joue ou encore des dents limées, les habitants de la commune ont été véritablement mutilés. Danielle, une des victimes, a cru que sa tête "allait sauter". 

De manière quasi systématique, le dentiste dévitalisait ou arrachait les dents saines de ses patients. Sylviane en a perdu huit d'un coup lors de son premier rendez-vous. "Vous êtes sur le fauteuil, on vous fait sept ou huit piqûres, vous ne pouvez pas partir, vous êtes coincé", lance-t-elle. La présidente du collectif réunissant les victimes, Nicole Martin, déclare que systématiquement, "il trouvait quelque chose à faire".

Un sentiment de honte dont le dentiste a profité

Et pendant plus d'un an, les infections à répétition empêcheront plusieurs patients comme Sylviane et Thérèse de porter tout appareil. La colère et la révolte s'expriment. Certains dénoncent le vocabulaire du président de la République, François Hollande. "Quand vous entendez un président parler des 'sans-dents', je voudrais le voir lui, sans dents". D'autres pouvaient difficilement s'alimenter "Je ne mangeais pratiquement pas, ou de la purée. Vous êtes invité, mais vous n'osez pas y aller parce que vous n'avez pas de dents". 

À lire aussi
Des vignes (illustration) viticulture
Bourgogne : une récolte de vin très faible mais un millésime "frais" et "gourmand"

Ce sentiment de honte aura permis au dentiste d'exercer pendant plus de trois ans, chaque patient croyant son cas isolé. Avec le recul, Nicole Martin prend conscience qu'aux yeux du dentiste, le patient n'est qu'une vulgaire "carte bancaire". Ce business qu'est devenue la dentisterie "a entraîné une catastrophe sanitaire", alerte la présidente. 

Mark Von Nierop risque dix ans d'emprisonnement

Le dentiste est jugé ce mardi 8 mars au tribunal correctionnel de Nevers pour mutilations, violences sur personnes vulnérables, escroqueries et faux en écriture. Ce procès est donc une première victoire pour la centaine de victimes qui attendent maintenant d'être indemnisées pour pouvoir réparer les dégâts, commis par le boucher de Château-Chinon. Il risque actuellement dix ans de prison. Les 120 victimes réunies en collectif, dont la présidente Nicole Martin, attendent de ce procès, que cet exemple serve de leçon. 

"Qu'on ne fasse plus venir n'importe qui, même dans le monde rural", proclame Nicole Martin. La présidente estime qu'il est impératif que des recherches soient menées en amont. Tout en sachant que ce "dentiste de l'horreur" n'en ait pas à son premier coup d'essai. L'escroc avait déjà sévi aux Pays-Bas, où plusieurs plaintes avaient été déposées. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bourgogne Morvan Dentiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants