1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Mission flash dans les services d'urgences lancée par Macron : est-ce suffisant ?
2 min de lecture

Mission flash dans les services d'urgences lancée par Macron : est-ce suffisant ?

DÉBAT - À l'hôpital de Cherbourg, Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash pour tenter de régler la crise des urgences. Le président de Samu-urgences en charge de cette mission en débat avec Valérie, une infirmière travaillant aux urgences de l'hôpital de Colmar.

Le service d'urgences d'un hôpital (illustration)
Le service d'urgences d'un hôpital (illustration)
Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP
Mission flash dans les services d'urgences lancée par Macron : est-ce suffisant ?
00:10:02
Mission flash dans les services d'urgences lancée par Macron : est-ce suffisant ?
00:10:02
Amandine Bégot - édité par Marine Derquenne

"Nous avons décidé, sur 4 semaines, de pouvoir regarder partout sur le territoire les difficultés des uns et des autres, les causes de ces difficultés, les causes qui ont déjà été établies et pouvoir au 1er juillet au plus tard remettre à la ministre un travail", lançait Emmanuel Macron le 31 mai en déplacement à l'hôpital de Cherbourg. Il a annoncé une "mission d'urgence", mission "flash" pour pouvoir dès cet été "apporter des réponses très fortes pour consolider nos urgences dans cette période".

Un mois pour faire le point et trouver les moyens de passer l'été : est-ce suffisant et vraiment nécessaire ? "Le traitement, on le connait, mais il faut l'ajuster, car la crise covid a amené d'autres problèmes" supplémentaires, "c'est pour ça qu'on veut voir ce qu'il se passe exactement dans les territoires", explique François Braun, président de Samu-Urgences à qui le chef de l'État a confié la mission flash. "On est là pour écrire l'ordonnance et donner le traitement à mettre en œuvre pour stopper l'hémorragie", explique-t-il. "Cette ordonnance s'adaptera aux territoires".

"On n'a pas le choix : il faut agir", assure-t-il. "Notre travail est de s'occuper en priorité des urgences graves, comme l'AVC ou l'infarctus", poursuit François Braun. "On parle de la crise des urgences, mais les urgences ne sont que la crise émergée de l'iceberg. La crise, c'est celle des soins non programmés".

Valérie, infirmière aux urgences de l'hôpital de Colmart réagit au micro de RTL Midi à cette annonce : "encore une (mission, ndlr) ! J'ai l'impression que les problématiques des urgences sont effectivement connues. On n'arrête pas de les répéter avant, pendant, après le covid et la situation n'a pas vraiment évolué", déclare-t-elle. "Il n'y a pas de réponses efficaces pour l'instant", estime-t-elle, considérant que "le problème ne vient pas des urgences, mais plus du système de santé autour".

La mission flash, "une boîte à outils"

La mission est "une boîte à outils". "On va faire ce qu'il faut pour que les médecins qui sont en place restent en place" et "renforcer les gens qui travaillent déjà" notamment en reconnaissant la "pénibilité de ce métier", notamment par de l'argent. Il faut aussi "diminuer la pression sur les services". "4 patients sur 10 qui viennent aux urgences pourraient être pris en charge ailleurs, et 2 patients sur 10 devraient entrer directement dans les services sans passer par les urgences", explique François Braun. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.