2 min de lecture Épidémie

Culture : "Les décisions sont incompréhensibles", regrette Jean-Michel Ribes

INVITÉ RTL - "On est indispensable à la vie", martèle le metteur en scène et directeur de théâtre Jean-Michel Ribes, qui ne comprend pas les arguments sanitaires déployés par le gouvernement.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Jean-Michel Ribes est l'invité d'Alba Ventura Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Marie Gingault

Tandis que le monde de la culture est en souffrance face à l'épidémie de coronavirus, les artistes appellent à descendre dans la rue ce mardi 15 décembre, afin de manifester contre la fermeture prolongée des lieux de culture. 

Invité sur RTL, l'auteur et metteur en scène, Jean-Michel Ribes déplore les décisions prises par le gouvernement : "L'incompréhension est absolue, dans la mesure où les décisions gouvernementales sont incompréhensibles. On n'a eu aucune concertation, on n'a jamais eu de Conseil scientifique qui est venu regarder", déplore l'artiste. "On ne fait pas de repas de famille dans les théâtres, on ne fait pas d'enterrement dans les théâtres, on ne fait pas toutes ces activités qui ont été ciblées", souligne-t-il.

Jean-Michel Ribes revient sur le problème des flux, pointé du doigt par l'exécutif : "Mais quel brassage ? Au théâtre, les places sont réservées par téléphone, les gens arrivent petit à petit et les ouvreurs et ouvreuses les mettent à leur place. À la sortie on fait sortir les gens rang par rang, donc je ne comprends pas", admet le metteur en scène, qui s'avoue perplexe face aux arguments du gouvernement. 

On ne vote pas les lois, on vote le rêve

Jean-Michel Ribes
Partager la citation

"L'argument sanitaire pour qu'il tienne il aurait fallu au moins qu'on ait une consultation, qu'on nous explique, que des gens viennent regarder" comment cela se passe, regrette l'artiste qui rappelle qu'il n'y a eu "aucun cluster dans aucune salle de théâtre". 

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : Macron annonce que 20 millions de personnes ont été vaccinées en France

Si Jean-Michel Ribes descendra dans la rue ce mardi 15 décembre pour faire entendre sa voix, c'est "pour qu'on ait un tout petit peu le sentiment d'être considéré, de faire partie de la nation, de faire partie des gens qui font vivre ce pays". Et le directeur du théâtre du Rond-Point à Paris,  n'est pas d'accord avec le terme non-essentiel rapporté au monde de la culture : "On n'est pas non-essentiel, on est indispensable à la vie".

"Les deux plus grands théâtres de la nation ne sont jamais fermés : l'Assemblée nationale et le Sénat, il y a toujours beaucoup de monde, parce qu'ils sont utiles. Ça veut dire que nous on ne serait pas utile ? On ne vote pas les lois, on vote le rêve, on vote l'envie, le désir on vote l'échange, cette capacité à être ensemble, c'est pas mal". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Cinéma Théâtre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants