1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : que faire si je suis cas contact ?
2 min de lecture

Coronavirus : que faire si je suis cas contact ?

ÉCLAIRAGE - Le ministère de la Santé a affirmé que les cas contacts n'ont plus besoin de s'isoler à condition d'être vaccinés depuis au moins une semaine. Un test PCR ou antigénique reste exigé.

Une femme en isolement (illustration)
Une femme en isolement (illustration)
Crédit : Unsplash/@anthonytran
Nicolas Barreiro & AFP

La règle change pour les cas contact. Le Premier ministre, Jean Castex, l'avait annoncé le 21 juillet, les personnes complètement vaccinées contre la Covid-19 n'ont plus besoin de respecter une période d'isolement si elles sont cas contact d'une personne contaminée, a confirmé le mardi 27 juillet le ministère de la Santé. 

"Toutes les personnes (…) ayant reçu un schéma complet (de vaccination) depuis au moins 7 jours (…) ne sont pas tenues de respecter de quarantaine", indique la Direction générale de la santé (DGS). Ce délai est porté à 4 semaines pour les personnes ayant reçu le vaccin unidose de Janssen.

Toutefois, les personnes vaccinées doivent réaliser deux tests de dépistage. Un premier immédiatement lorsqu'elles sont informées de leur statut de cas contact. Le second 7 jours après leur dernier contact avec la personne contaminée. Ce dernier est poussé à 17 jours si cette personne habite dans le même foyer, sans possibilité de "s'isoler strictement". De plus, il est demandé à ces personnes de "porter un masque dans l'espace public, informer leurs contacts (contact-warning) et limiter leurs interactions sociales".

Quel protocole pour un cas contact non vacciné ?

Dans la situation où un cas contact ne serait pas vacciné, celui-ci doit en priorité procéder à un test PCR ou antigénique le plus rapidement possible. En cas de résultat positif, la personne est alors contaminée. 

À lire aussi

Dans le cas contraire, elle devra respecter un isolement à domicile. Si elle est totalement isolée de la personne contaminée, cette quarantaine ne dure que 7 jours à partir du dernier contact. Sinon, l'isolement prend fin 7 jours après la disparition des symptômes chez le malade soit 17 jours après la date de début des signes, selon l'Assurance Maladie.

Enfin, après cette période il faudra réaliser un nouveau dépistage. S'il est négatif, l'isolement est levé. S'il n'est pas réalisé, 7 jours de quarantaine supplémentaires sont exigés. 

L'exception des personnes immunodéprimées

Fait exception à cette nouvelle règle toute personne "atteinte d'une immunodépression grave", même si une troisième dose leur a été administrée. Celles-ci se plient alors aux mêmes règles que les personnes non vaccinées, citées ci-dessus.

Selon le site de l'Assurance Maladie, cette exception concerne les personnes :

- ayant reçu une transplantation d'organe ou de cellules souches hématopoïétiques
- sous chimiothérapie lymphopéniante 
- traitées par des médicaments immunosuppresseurs forts, comme les antimétabolites (cellcept, myfortic, mycophénolate mofétil, imurel, azathioprine) et les AntiCD20 (rituximab : Mabthera, Rixathon, Truxima)
- dialysées chroniques après avis de leur médecin traitant qui décidera de la nécessité des examens adaptés 
- au cas par cas, les personnes sous immunosuppresseurs ne relevant pas des catégories susmentionnées ou porteuses d'un déficit immunitaire primitif
- atteintes de leucémie lymphoïde chronique ou de certains types de lymphomes traités par antiCD20 (depuis le 18 juin).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/