2 min de lecture France

Coronavirus : où sont passés les habituels virus hivernaux ?

VU DANS LA PRESSE - L'épidémie de coronavirus et le respect des gestes barrière semblent avoir drastiquement réduit la propagation des virus comme la gastro-entérite, la grippe ou encore la bronchiolite.

Un médecin porte un stéthoscope autour du cou (illustration)
Un médecin porte un stéthoscope autour du cou (illustration) Crédit : HANNAH MCKAY / POOL / AFP
valentin
Valentin Deleforterie Journaliste

C'est l'une des très rares conséquences positives de la Covid-19 en France. Les virus qui reviennent habituellement chaque hiver, comme la grippe ou la gastro, semblent bien moins enclins à se propager cette année.

La Montagne se penche sur la forte diminution du nombre de personnes touchées par ces virus hivernaux, en comparaison de l'année dernière. Le journal s'appuie sur le dernier bulletin hebdomadaire de Santé Publique France, publié le 30 décembre dernier.

D'après ces données, "aucun cas grave de grippe n’a été signalé" depuis le 5 octobre. De même, les cas de bronchiolite sont extrêmement peu nombreux au regard des années précédentes. Un constat qui prévaut également pour la gastro, dont les taux de contaminations sont "inférieurs à ceux observés habituellement en cette période", selon le réseau Sentinelles.

L'efficacité des gestes barrières

D'après La Montagne, cette quasi-absence de virus hivernaux est étroitement liée aux nouvelles habitudes prises par les Français en 2020 : le port du masque, le lavage des mains ou encore la distanciation sociale. 

À lire aussi
électricité
Texas : un enfant meurt dans un mobile home, une hypothermie suspectée

Le quotidien régional cite en outre d'autres explications, données par le professeur de virologie Bruno Lina à nos confrères de 20 minutes.  "Quand deux virus épidémiques circulent en même temps, sur un même territoire et ciblent la même population, ils s’opposent, et c’est le virus qui a le potentiel de croissance le plus important qui prend le dessus", affirme ce dernier.

En ce qui concerne la grippe, il est toutefois difficile pour l'heure de tirer des conclusions. "L’épidémie débute parfois mi-octobre, parfois en janvier ou même en février, sans que l’on sache précisément pourquoi. Elle peut donc tout à fait être décalée cette année et arriver plus tard", souligne la médecin Marianne Sarazin, interrogée par La Montagne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
France Coronavirus Maladies
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants