2 min de lecture Nature

Pourquoi les feuilles tombent-elles des arbres en hiver ?

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle à l’approche de l'hiver, comme l’a si bien chanté Yves Montand. Mais pourquoi donc tombent-elles, et de certains arbres encore, pas de tous ?

micro generique Questions au saut du lit Jean-Baptiste Giraud iTunes RSS
>
Pourquoi les feuilles tombent-elles des arbres en hiver ? Crédit Image : AFP / Joël Saget | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Baptiste Giraud Journaliste

Si vous êtes habitués à cette chronique, vous savez qu’une seule des trois possibilités ci-dessous est la bonne :

1) Les arbres à feuilles persistantes poussent là où il y a beaucoup de lumière, même en hiver. Quand il n’y en a pas assez ils meurent, car leurs feuilles ne peuvent pas tomber.

2) La sève des arbres à feuilles persistantes n'a rien à voir avec celle des arbres à  feuilles caduques : elle ne peut pas geler  ! C’est pour cela qu’on les appelle les résineux.

3) Les feuilles qui tombent, c'est un peu la mue des arbres. Si elles ne tombaient pas, il n’y aurait pas de nouvelles branches au printemps, ils ne pourraient pas grandir. 

Un chêne pompe minimum 200 litres d’eau par jour dans le sol.

Partager la citation
À lire aussi
Un chimpanzé (illustration) animaux
Guinée : naissance rare d'un chimpanzé, menacé d'extinction et futur manieur d'outils

La bonne réponse est la réponse 2.

Oui, si les feuilles tombent des arbres à feuilles caduques (c’est leur nom), c'est bel et bien parce que la machinerie cellulaire de ces arbres va s’arrêter totalement à l’approche de l’hiver, afin  d'éviter le gel.

Vous avez sans doute entendu dire des milliers de fois que tel ou tel arbre, ou telle ou telle plante, n’est pas repartie au printemps, parce qu’elle a gelé pendant l'hiver. Et ce qui gèle dans une plante c’est la sève : en se transformant en glace, elle se dilate et fait exploser les cellules de la plante, qui en meurt.

Il faut garder en tête qu'un arbre, c’est une extraordinaire pompe à eau : un chêne adulte qui culmine à 15 ou 20 mètres dans les parcs ou sur les avenues, c’est au minimum 200 litres d’eau pompés dans le sol tous les jours. Et des milliers de litres contenus dans le tronc !
Cette eau, contenue dans la sève, grimpe dans l’arbre, à raison de 6 ou 7 mètres... à l’heure. C’est cette eau et cette sève qui vont passer dans les feuilles, et grâce au soleil et à la photosynthèse, capter le carbone dans l’air, et en échange, libérer de l’oxygène.

Chez les résineux, le mécanisme est le même, sauf que la sève est beaucoup plus épaisse, et ne gèle pas, même si la température atteint plusieurs dizaines de degrés au dessous de zéro. Quant au feuillage, qui est parfois constitué d’aiguilles ou d'épines, ce n’est pas un hasard s’il n’a rien à voir avec les feuilles des autres arbres : il contient très très peu d’eau, et ne risque donc pas le gel. C’est aussi pour cette raison que les pins maritimes ou les pins parasols s’épanouissent dans les régions très chaudes : leurs aiguilles ne contiennent quasiment pas d’eau, limitant les risques d’évaporation !

Pour la petite histoire, sachez que la surface de forêts n’arrête pas d’augmenter en France. Elle a tout simplement plus que doublé en 100 ans et occupe désormais près d’un tiers du territoire français, et elle continue encore à gagner du terrain. Avec les surfaces agricoles, plus de 80 % de notre territoire est vert.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nature Insolite Actu
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants