2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : non, un vaccin n'a pas été testé sur des lycéens de Haute-Marne

Une rumeur sur les réseaux sociaux affirme qu'un vaccin contre le Covid-19 serait en test sur des lycéens de Haute-Marne. Cette fake news repose sur la mauvaise interprétation d'un mail de l'académie de Reims.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, un vaccin n'a pas été testé sur des lycéens de Haute-Marne Crédit Image : DOUGLAS MAGNO / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Benoît Collet

Voilà une bien étrange rumeur trainant depuis début avril sur Facebook : un lycée de Haute-Marne aurait été choisi pour tester le vaccin contre le Covid-19. Le 6 de ce mois, un compte du réseau social baptisé "Le grand réveil" publie ce mot : "Témoignage d'un parent d'élève : bonjour, ma fille est au lycée à Langres. Son lycée professionnel a été choisi pour tester le vaccin contre le Covid-19. J’ai reçu un mail hier matin de l’académie de Reims. Ça y est nous y sommes, à la vaccination forcée".

La suite du message en appelle à la rébellion. Il pourrait sembler vrai, quand on sait que Langres est située dans le Grand Est, une région gravement touchée par le Covid-19. Un essai de vaccination pourrait donc y paraître logique.

Le courriel utilisé pour prouver cette soi-disant vaccination forcée prouve pourtant le contraire. Quand on le lit, rien n’indique un test de vaccination, rien n’indique non plus une vaccination forcée au lycée professionnel Diderot.

Erreur d'interprétation

Une erreur d'interprétation est à l'origine de cette fake news. Dans le mail envoyé par la direction de l’école figure un deuxième paragraphe qui fait allusion à la vaccination contre le Covid-19. La direction invite les élèves à participer à une "enquête à propos de l'acceptabilité actuelle d'un futur vaccin (...) contre le virus Sars-Cov-2".

À lire aussi
Une femme portant un masque (Image d'illustration). Coronavirus France
Coronavirus : le port du masque bientôt obligatoire dans certaines rues de Lyon

Les Dernières Nouvelles d’Alsace et l’AFP ont joint Alain Leon, professeur à la faculté de médecine de Reims et directeur de l'Espace de réflexion éthique Grand Est. "Ce n'est qu'une enquête d'acceptabilité de la vaccination, réalisée avec un lycée avec lequel nous coopérons depuis plusieurs années dans le domaine de la réflexion éthique", a-t-il expliqué. Rien à voir avec une expérience forcée donc.

La tendance française à se méfier des vaccins

La perspective du retour des lycéens en cours, peut-être le 2 juin, accentue ce genre de rumeurs. La situation dans les établissements scolaires est scrutée de près. Les fake news jouent sur les doutes de l’instant mais également sur cette tendance française à se méfier des vaccins. Selon une étude mondiale publiée en 2019, un Français sur trois aurait des doutes sur la vaccination

Il y a actuellement une centaine de projets de vaccins dans le monde contre le coronavirus. Les fabricants de fake news ne sont pas prêts de chômer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Lycée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants