1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus à l'école : comment s'en sortent les établissements ?
3 min de lecture

Coronavirus à l'école : comment s'en sortent les établissements ?

Le ministre de l'Éducation nationale estime que 7% des enseignants sont absents avec un pic attendu à 15%. Face à l'offensive d'Omicron, comment s'en sortent les établissements scolaires depuis la rentrée du 3 janvier.

Une école à Lille le 2 septembre 2021
Une école à Lille le 2 septembre 2021
Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Nouveau protocole sanitaire, Omicron, absences de profs... : comment s'en sortent les écoles ?
00:03:02
Nouveau protocole sanitaire, Omicron, absences de profs... : comment s'en sortent les écoles ?
00:03:02
Marie Guerrier - édité par Benoît Leroy

Enseignants absents, élèves malades ou isolés, les écoles sont mises à rude à épreuve. "C'est chaud !", souffle un proviseur de lycée, alors que les établissements scolaires sont plus ou moins touchés en ce début d'année

À l'image de Karim Bacha, directeur d'une école primaire en Seine-Saint-Denis. "Certes, l'école est ouverte, mais c'est très compliqué", affirme-t-il au micro de RTL. Lundi sur ses dix classes, deux ont dû fermer. Et pour cause, lorsqu'un enseignant est malade est qu'il n'a pas de remplaçant, les brassages d'élèves sont proscrits. Résultat, impossible de les répartir dans les autres classes. Ils sont donc restés chez eux. 

Et, ce mardi 4 janvier, un premier cas positif signalé dans une classe à 11h, puis un autre dans un autre effectif à 14h.

"Il a fallu appeler les familles immédiatement pour qu'elles viennent récupérer leurs enfants. Et qu'ils soient testés à la pharmacie. On va certainement devoir faire cela tout au long du mois de janvier", explique le directeur. Après le premier test antigénique de mardi, les élèves doivent faire un autotest aujourd'hui à J+2 et un autre samedi à J+4. 

Une "boucle sans fin" ?

À lire aussi

Un protocole qui amène à la crainte d'une boucle sans fin. "Lorsqu'ils referont les autotests, il y aura forcément un enfant ou un autre qui sera positif. Et là, que faisons-nous ?", demande Karim.

Les pharmacies ne donnent pas toutes les autotests. Les parents qui ne peuvent pas s'en procurer doivent se rabattre sur des tests antigéniques, dit le ministère. Mais, par endroit, impossible de trouver rapidement des créneaux. Les élèves reviennent ainsi en classe au compte-goutte. 

Olivier Flipo, directeur dans le Val-d'Oise remplit un tableau : élèves positifs, élèves cas contact, les différentes dates de retour, les documents à fournir. "On a même organisé une troisième porte d'entrée, où les élèves qui doivent présenter une attestation sont obligés de passer avec une saisie informatique. C'est chronophage et énergivore", avoue celui-ci.
 
Il n'y a plus que dix élèves dans une classe de CE1, l'enseignante, dit-il, doit revoir tout ce qu'elle a préparé. Impossible d'aborder une notion nouvelle, s'il y a trop d'absents.

Et du côté des collèges et lycées ?

Pour les élèves de sixièmes, qui ont moins de 12 ans, même procédure qu'en primaire. Un cas dans une classe et tout le monde doit aller se faire tester. C'est ce que gérait Audrey Chanonat dans son collège de la Rochelle. "Le cours a été interrompu, on appelle les familles et cela va durer toute la matinée", explique-t-elle au micro RTL.

Pour les autres classes, de la 5ᵉ à la terminale, quand un cas positif est signalé l'établissement doit chercher les cas contact. "Les situations à risque, cela peut être un cours de sport où un élève n'a pas mis le masque. Cela peut être la cantine, quand plusieurs élèves mangent ensemble plus de 15 minutes. C'est cela un cas contact", explique celle-ci.
 
"On va vite être submergé" disent les gros établissements, d'autant qu'il faut gérer l'absence des professeurs. "On essaie d'organiser les choses au mieux, mais nous sommes actuellement dans des numéros d'équilibristes", conclut Audrey.
 
Dans un lycée de Versailles, un proviseur raconte que deux profs positifs ont proposé de faire cours à distance. Il veut rester optimiste. Il y a un "effet de masse" dit-il, mais heureusement les absences sont de courte durée.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/