1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : à Dunkerque, le manque de médecins se fait ressentir
2 min de lecture

Coronavirus : à Dunkerque, le manque de médecins se fait ressentir

Le manque de médecins frappe durement les Dunkerquois, qui sont parfois obligés de se rendre à Lille ou à Calais pour se faire soigner. Pour les docteurs aussi, cette situation est compliquée à gérer.

Un médecin porte un stéthoscope autour du cou (illustration)
Un médecin porte un stéthoscope autour du cou (illustration)
Crédit : HANNAH MCKAY / POOL / AFP
Coronavirus : à Dunkerque, le manque de médecins se fait ressentir
06:48
Coronavirus : à Dunkerque, le manque de médecins se fait ressentir
06:48
Franck Antson - édité par Nicolas Barreiro

La ville de Dunkerque, dans les Hauts-de-France, est fortement touchée par l'épidémie, avec des indicateurs sanitaires alarmants. Ici, les habitants manquent cruellement de médecins généralistes, pourtant ceux qui sont en place ne manquent pas d'activité.

À la Maison de Santé du Kruysbellaert, plusieurs professionnels sont réunis sous un même toit pour gérer des pathologies souvent lourdes mais aussi toutes les maladies infantiles. Cette structure n'a toujours pas employé de nouveau médecin, "on peut dire qu'il y a une forme de double peine", décrit le docteur Christophe Berkhout.

"Du fait du niveau du logement, de l'éducation et du revenu, ces gens sont en moins bonne santé mais aussi parce qu'il y a moins de professionnels de santé que s'ils étaient dans un quartier plus favorisé. Là où, en région lilloise, on est à 11 médecins pour 10.000 habitants, ici on va bientôt frôler les 4 médecins pour 10.000 habitants", poursuit-il.

La baisse du nombre de médecins partie pour durer

Dans ce secteur dunkerquois, ils étaient 14 médecins il y a 15 ans. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 4, ce qui pose des problèmes pour les patients. "Pour certaines spécialités malheureusement, il faut aller directement sur Lille ou Calais", déplore une patiente. "Les rendez-vous c'est plus comme avant. Celui qui peut trouver une place au soleil ne va pas venir dans le Nord", rajoute un autre. 
Cette bande de littoral industrielle, où l'on meurt plus qu'ailleurs, manque également de spécialistes. L'épidémie de coronavirus, qui a fait exploser les taux de contamination, pourrait aussi entraîner de nouvelles pertes parmi ces blouses blanches

À lire aussi

"On ressent une pression un peu plus importante, les gens ont plus peur quand on intervient à domicile. Pour avoir parlé avec d'autres soignants, il y en a qui ont lâché prise", assure Manon, jeune infirmière. "J'en ai vu qui ont changé de métier. Ce n'est pas mon cas, je n'ai pas perdu ma motivation", ajoute-t-elle. Dans cette équipe, un des internes lillois réfléchit encore à son avenir sur la côte.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/