3 min de lecture Coronavirus

Confinement : les Français font-ils preuve de civisme ?

INVITÉS RTL - Un sondage exclusif réalisé par Harris Interactive, dévoile le comportement et le civisme des Français en cette période de confinement. Si 43% des Français approuvent la dénonciation, selon Xavier Biffault sociologue au CNRS, ces chiffres "suivent très exactement l'échiquier politique".

Calvi-245x300 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi
>
Confinement : les Français font-ils preuve de civisme ? Crédit Image : Martin BUREAU / AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Marie Gingault

Dans ce sondage exclusif réalisé par Harris Interactive et mené par le directeur du département politique et opinions Jean-Daniel Levy, l'étude portait sur le civisme et les libertés en France, durant cette période de confinement

En effet qui dit situation inédite, dit comportements inédits. S'il y a malheureusement des tensions qui sont apparues entre les citoyens, avec notamment des dénonciations et délations, des gestes de solidarité ou de soutien se sont fait remarquer en nombre. 

En effet, chaque soir à 20 heures, les Français se pressent à leur fenêtre afin d'applaudir les professionnels de santé. "Il y a aujourd'hui près d'un Français sur cinq qui tous les soirs, se met au balcon ou à sa fenêtre, pour applaudir les forces vives notamment le personnel hospitalier, dans un contexte qui est un contexte de remerciement", précise Jean-Daniel Levy. 

Cependant des disparités ont été relevé lors de ces applaudissements, notamment entre les villes et les campagnes. En effet on applaudit plus à Paris qu'en région. L'âge également est pris en compte et fait savoir que les adultes applaudissent plus que les jeunes. 

59% des Français n'ont jamais applaudi pour soutenir le personnel soignant dans la crise du coronavirus
59% des Français n'ont jamais applaudi pour soutenir le personnel soignant dans la crise du coronavirus Crédit : Sondage Harris Interactive pour RTL

43% des Français approuvent la dénonciation

À lire aussi
Emmanuel Macron, président de la République, le 18 mai 2020 économie
Emmanuel Macron appelle à "se préparer" à une rentrée économique "très dure"

Si les actions solidaires aident à mieux vivre cette période de confinement, des tensions sont également à noter. Parmi elles, une situation qui s'est retrouvée répétée et qui a particulièrement choquée les Français, le cas des soignants priés de quitter leurs logements en raison de leur pseudo "risque" à transmettre le virus. 

"On a vu des tensions qui pouvaient exister de la part de voisins de professionnels de santé qui étaient exposés au Covid-19, et qui dans ce contexte là les appelaient à quitter leur logement, avec un regard inquiet de la part d'une partie des Français qui serait à proximité de cette population là". 

D'après les résultats du sondage, moins d'un Français sur dix a déclaré que si il était lui même confronté à cette situation, demanderait également à son voisin soignant de quitter son logement. "Si ce n'est pas négligeable, c'est loin d'être un mouvement comme on peut le voir parfois à la télévision". 

Jean-Daniel Levy souligne également la responsabilité collective, qui est de mise dans cette crise sanitaire inédite. Cette responsabilité collective connait elle aussi des dérives : "43% des Français déclarent qu'ils comprennent et qu'ils approuvent la démarche des gens qui signalent aux forces de l'ordre les personnes qui ne respectent pas le confinement". 

La réalité est que tout ce qui était anodin est désormais dangereux

Xavier Briffault, sociologue au CNRS spécialiste de la santé
Partager la citation

Pour Xavier Briffault, sociologue au CNRS spécialiste de la santé, ce qui est intéressant dans ces derniers chiffes, c'est qu'ils "suivent très exactement l'échiquier politique". Comme l'explique le sociologue : "Ça va de 30% qui approuvent la délation à l'extrême gauche de l'échiquier, à 60% à l'extrême droite de l'échiquier". L'interprétation que tire le spécialiste est que "plus on se rapproche de partis qui sont bien structurés par l'ordre et la morale, disons cela comme ça, plus on approuve la délation, en tout cas la dénonciation de gens qui transgresseraient les règles". 

Pour Xavier Briffault, le distinguo entre être choqué du comportement irrespectueux des gens, et aller jusqu'à les dénoncer à la police, pourrait venir d'une erreur de la part des politiques. "En particulier chez Christophe Castaner quand dès le départ du confinement il nous dit, 'tout ce qui était anodin est désormais interdit', alors qu'en fait la réalité est que tout ce qui était anodin est désormais dangereux, et en faisant ça il introduit un confusion qui est très dommageable, entre l'interdit soit le réglementaire, et le dangereux c'est à dire de la naturalité du virus, qui se moque absolument de nos attestations, de nos règles et de nos lois ". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Sondage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants