1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : les mesures les plus insolites pour faire respecter le confinement
2 min de lecture

Coronavirus : les mesures les plus insolites pour faire respecter le confinement

VU DANS LA PRESSE - Pour encourager les habitants à rester confinés, plusieurs pays ont pris des mesures insolites dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Un policier avec un masque en forme de virus pour inciter les populations à rester confinées, à Chennai (Inde), le 12 avril 2020
Un policier avec un masque en forme de virus pour inciter les populations à rester confinées, à Chennai (Inde), le 12 avril 2020
Crédit : Arun SANKAR / AFP
Florise Vaubien

Pour inciter les populations à rester chez elles, certaines mesures insolites ont vu le jour dans le cadre du confinement imposé pour lutter contre la propagation du coronavirus. Fantômes, dictée ou parodies musicales... Tour d'horizon des mesures de confinement les plus originales

En Indonésie, dans le village de Kepuh, "les autorités locales ont décidé de jouer sur les croyances de la population pour faire respecter le confinement", explique Ouest-France. Des volontaires se sont déguisés en fantômes. Résultats : d'après un habitant du village, les parents et les enfants n'osent plus sortir dans les rues.

En Belgique, les forces de l'ordre ont usé d'humour pour faire respecter le confinement. "Autour de l’étang d’Ixelles, à Bruxelles, ils ont patrouillé en diffusant une parodie de la chanson Viens à la maison de Claude François". Les paroles ont été détournées et scandaient "Reste à la maison, même si y’a le printemps qui chante…". Quant aux couplets, ils rappellent les gestes barrières à appliquer.

Du côté des Tunisiens, le pays utilise des robots téléguidés pour éviter tout contact entre la police et les populations. "Munis de caméras et de haut-parleurs", ces machines permettent aux officiers de s’adresser directement aux contrevenants.

À lire aussi

Enfin, à Rishikesh, dans le nord de l'Inde, une dizaine de touristes a dû réécrire 500 fois "Je n’ai pas respecté le confinement. Je suis désolé", après avoir enfreint les règles de semi-quarantaine imposées jusqu’au 3 mai dans tout le pays. Par ailleurs, des policiers, notamment dans la région de Chennai, ont patrouillé avec des casques en forme de virus. Toutefois, des témoignages rapportent également des abus : des officiers ont frappé à coups de bâton des contrevenants et leur ont imposé des pompes ou encore des squats.

Une chose est sûre, les autorités ne manquent pas d'imagination pour inciter les quelques trois milliards de personnes à respecter le confinement, le seul remède efficace, pour l'instant, contre la propagation du Covid-19.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/