2 min de lecture Coronavirus

Confinement : 9% des femmes en couple ont été victimes de violences conjugales au printemps

Selon une enquête IFOP commandée par la Fédération nationale Solidarités Femmes (FNSF), près d'une femme en couple sur 10 a été victime de violences conjugales pendant le confinement du printemps dernier.

Dans les locaux du Centre d'appel 3919
Dans les locaux du Centre d'appel 3919 Crédit : Tristan Reynaud/SIPA
Marie Zafimehy
Journaliste

Ce n'est désormais plus ignoré : le confinement favorise les violences conjugales. Un an après la période d'isolation imposée au printemps 2020 pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, la Fédération nationale Solidarités Femmes (FNSF) et l'IFOP publient une enquête documentant ces actes de violences physiques et psychologiques exercées sur les femmes au sein du couple. 

Résultat : 9% des femmes en couple indiquent avoir été victimes de violences conjugales pendant le premier confinement. Celles-ci se caractérisent par des violences psychologiques (5% des femmes victimes déclarent avoir subi insultes, injures, dénigrement de la part de leur conjoint), physiques (4% disent avoir reçu des coups) ou sexuelles (3%). 

Plus encore, pour 30% d'entre elles, ces violences ont précisément commencé pendant cette période de confinement, du 16 mars au 11 mai. "Les agresseurs ont utilisé le confinement pour augmenter leur contrôle et les violences, a réagi la présidente de la FNSF Françoise Brié dans un communiqué. Le face à face permanent a amené des femmes à s’exprimer pour la première fois mais nous avons également constaté des situations urgentes particulièrement graves pour les femmes."

15% des femmes ont porté plainte

La FNSF administre le 3919numéro d'écoute pour les femmes victimes de violences et leurs proches. Pendant ce premier confinement, les appels se sont multipliés, associés à une augmentation de 30% des signalements de violences conjugales. 

À lire aussi
enfants
Famille : les relations conflictuelles entre parents et enfants adultes

Pourtant, au-delà de ces chiffres, l'enquête de l'IFOP pour la FNSF, menée à l'automne 2020 sur un échantillon de 375 femmes ayant déclaré avoir été victimes de violences conjugales, met en lumière les réticences des femmes à solliciter de l'aide : seules la moitié d'entre elles en ont parlé à une personne proche, et 21% se sont confiées à un ou une médecin. On observe aussi que seules 15% d'entre elles portent plainte et 15% le signalent aux autorités (main courante, appel au 17...), selon l'enquête.

Signalements en pharmacies, accueil dans les centres commerciaux, courses Uber gratuites... Pendant le confinement, le gouvernement avait mis en place plusieurs dispositifs pour accompagner les femmes victimes de violences conjugales. Des mesures pérennisées lors de la seconde période d'isolation décrétée en novembre 2020. Pendant celles-ci les signalements pour violences conjugales ont augmenté de 60%.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Violences conjugales Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants