1 min de lecture Violences conjugales

Confinement : les violences conjugales en hausse de plus de 30% partout en France

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé qu'avec la limitation des sorties, décidée pour endiguer l’épidémie due au coronavirus, les violences conjugales ont augmenté.

Image de violences (Illustration).
Image de violences (Illustration). Crédit : DR
Venantia
Venantia Petillault et AFP

Dans le "huis clos familial", il est difficile de donner l'alerte : dans la Marne, comme partout en France, l'augmentation des violences conjugales depuis le début du confinement décidé par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus, inquiète.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a affirmé jeudi 26 mars que ces violences avaient augmenté de 32% en zone gendarmerie en une semaine et de 36% dans la zone de la préfecture de police de Paris. Pour permettre aux femmes victimes, un dispositif sera mis en place pendant le confinement au sein des pharmacies pour alerter les forces de l'ordre.

À Reims, la semaine passée, ces violences ont représenté 40% des gardes à vue, affirme à l'AFP le procureur Matthieu Bourrette, précisant qu'elles n'étaient "pas liées à une surconsommation d'alcool". Il s'agit "de faits de violence entre personnes qui ne s'entendaient plus", qui étaient en instance de séparation, "mais qui devaient vivre au domicile, notamment pour des raisons économiques, et avec le confinement, ces personnes ne se supportent plus", explique le procureur Matthieu Bourrette. 

Autre difficulté de la situation actuelle : "s'approcher des femmes victimes", affirme Virginie Guérin, déléguée aux droits des femmes de la Marne. "Chaque semaine, nous faisons le point avec les associations de victimes pour assurer la continuité avec elles". "Le confinement, c'est l'exacerbation de ce que l'on connaît d'ordinaire", affirme Nadège Bezard, juriste à l'association d'aide aux victimes Mars 51. Récemment, "on a dû exfiltrer une femme de l'hôpital parce que son mari violent l'attendait dans la salle d'attente".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Confinement Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants