1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Violences conjugales : "Quand on pardonne la première gifle c'est trop tard", confie Laura Rapp
1 min de lecture

Violences conjugales : "Quand on pardonne la première gifle c'est trop tard", confie Laura Rapp

INVITÉE RTL - Dans son nouveau livre, "Tweeter ou mourir", Laura Rapp raconte le calvaire qu'elle a vécu avec son conjoint pendant cinq ans, qui la battait avant d'essayer de la tuer, en 2018.

Laura Rapp, invitée de RTL Soir le 11 mars 2021
Laura Rapp, invitée de RTL Soir le 11 mars 2021
Crédit : RTL
Violences conjugales : "Quand on pardonne la première gifle c'est trop tard" estime Laura Rapp
00:09:36
Violences conjugales : "Quand on pardonne la première gifle c'est trop tard" estime Laura Rapp
00:09:36
Thomas Sotto - édité par Quentin Marchal

C'est un livre vers lequel de nombreuses victimes de violences conjugales pourraient se tourner. Dans Tweeter ou mourir, publié ce jeudi 11 mars, Laura Rapp livre le récit de sa lente descente aux enfers, où elle a été victime d'un système judiciaire favorable aux auteurs d'actes violents vis à vis de leur conjoint(e)s. "Quand on pardonne la première gifle c'est trop tard, on est déjà sous emprise", a affirmé l'autrice.
Maltraitée et battue par son compagnon qu'elle avait rencontré en 2013 au travail, Laura Rapp y révèle les prémices de sa relation tragique : "Cela a commencé comme un conte de fée, on emménage tout de suite ensemble et au départ, on ne s'en rend pas compte, c'est l'isolement et on ne sort qu'avec lui en ne voyant plus ses amis". 

"Après il y a des insultes, sous le coup de l'alcool et après il y a les bousculades avec la première gifle au bout de quatre ou cinq mois", se remémore-t-elle. Après une séparation en 2014, Laura Rapp accepte que son conjoint revienne quelques mois plus tard et elle tombe enceinte.

Après lui avoir affirmé qu'il a changé, son compagnon se montre de nouveau violent au cinquième mois de grossesse sans que Laura ne réagisse. Dans la nuit du 16 au 17 avril 2018, il tente de la tuer sous les yeux de leur fille de deux ans avant d'être placé en détention provisoire. "J'étais soulagée parce que j'étais protégée mais d'un autre côté, votre monde s'effondre parce cet homme c'est comme si c'était quelque part ma vie".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.