2 min de lecture Coronavirus

Climat : cinq ans après, que reste-t-il des accords de Paris ?

ÉCLAIRAGE - Cinq ans après les Accords de Paris, la situation environnementale reste alarmante, mais les plans de relance liés à la crise sanitaire du coronavirus et l'élection de Joe Biden pourraient changer la donne.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Que reste-t-il des accords de Paris signés il y a 5 ans Crédit Image : AFP / Philippe Desmazes | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin édité par Florise Vaubien

C'était il y a cinq ans. Le 12 décembre 2015, Laurent Fabius brandissait un petit marteau vert au Bourget près de Paris. Le président de la conférence mondiale sur le climat mettait fin à des négociations marathon. 195 pays s'engageaient à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour limiter la hausse de la température à 1,5 degré d'ici la fin du siècle. Cinq ans après, qu'en reste-t-il ? La planète va-t-elle mieux ?  

Malheureusement non. Le dérèglement du climat s'est accéléré : les incendies en Australie et en Californie, les tempêtes, les inondations en France, encore récemment près de Nice, les étés caniculaires… Le réchauffement est visible et concret. Les derniers rapports du Giec des climatologues sur les océans ou les glaciers rapportent que les impacts sont de plus en plus violents.  

Les plans de relance favorisent les initiatives vertes

Pour respecter l'accord de Paris, il faudrait que les émissions baissent. Or, depuis cinq ans, elles ont augmenté, sauf cette année. De fait, en 2020, la  baisse est spectaculaire :  -7% selon des chiffres publiés ce vendredi 11 décembre par le Global Carbon Project, une ONG qui calcule les émissions. Ce résultat est évidemment lié à l'épidémie de coronavirus. Mais avant, la tendance n'était pas bonne : quand l'épidémie sera plus ou moins maîtrisée, le rebond économique risque de provoquer un regain des émissions.

Il y a toutefois de l’espoir grâce aux plans de relance qui vont injecter dans les économies des milliers de milliards d'euros. Si l'accord de Paris a servi au moins à quelque chose, c'est de faire évoluer l'économie. Le logiciel a changé : les entreprises ont compris que le carbone n'était pas l'avenir. 

À lire aussi
Présidentielle 2022
Présidentielle 2022, sécurité, coronavirus, climat : Macron attaque sur tous les fronts

Les trains roulent déjà à l'hydrogène, on installe plus d'éoliennes et de panneaux solaires dans le monde que de centrales à charbon ou à gaz. Conclusion : si les plans de relance sont investis en partie pour développer des technologies vertes, l'économie fonctionnera avec beaucoup moins de carbone.

Plusieurs pays annoncent des mesures anti-carbone

Autre espoir : l'élection de Joe Biden à la Maison Blanche. Le démocrate a promis de revenir dans l'accord de Paris : il fixe même l'objectif d'une neutralité carbone des États-Unis en 2050. En d'autres termes, l’objectif est de ne pas émettre plus que ce qui est capturé, stocké par exemple dans les forêts.  

L'Europe, la Corée du Sud, le Japon et la Chine ont fait la même annonce récemment, passée inaperçue en raison de la pandémie de coronavirus. Et ça va plus loin que l'accord de Paris : si ces objectifs sont appliqués, le réchauffement pourrait être limité à 2,1 degrés, selon les experts. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Joe Biden Écologistes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants