2 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : le plan Vigipirate renforcé dans les territoires d'Outre-mer

Les départements et collectivités d'Outre-mer n'étaient pas concernés jusque-là par l'état d'urgence décrété par le président François Hollande pour la métropole.

Un soldat patrouille dans le cadre du plan Vigipirate.
Un soldat patrouille dans le cadre du plan Vigipirate. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
LoïcFarge42
Loïc Farge
et AFP

À la suite des attentats qui ont eu lieu à Paris et aux abords du Stade de France à Saint-Denis vendredi 13 novembre, l'état d'urgence avait été décrété sur l'ensemble du territoire hexagonal et en Corse par le président François Hollande. Les départements et collectivités d'Outre-mer n'étaient pas concernés par cette montée en puissance des mesures sécuritaires. C'est désormais chose faite.

"Dans tous les territoires des Outre-mer, le plan Vigipirate (...) a été renforcé selon les consignes données par les préfets et les hauts-commissaires", a affirmé dans un communiqué George Pau-Langevin. Présente vendredi soir aux côtés du président de la République au Stade de France, la ministre des Outre-mer "tient à apporter le soutien des Outre-mer aux victimes et à leurs proches".

Le président de la Polynésie française, Édouard Fritch, a exprimé "la compassion et le soutien" des Polynésiens aux familles des victimes et assuré que la collectivité, la plus éloignée de la métropole dans le Pacifique, "répond à l'appel à l'unité du pays" lancé par le président Hollande. À Mayotte, jeune département de l'Océan indien où 90% de la population est musulmane, les cadis (juges traditionnels) ont condamné "cette boucherie" perpétrée par des "criminels terroristes".  Ils ont également  lancé "un appel à  tous les musulmans mahorais, et de France à développer des activités de solidarité nationale afin d'aider le gouvernement dans ce combat sans merci contre ces criminels sans aucune croyance".

À lire aussi
Le restaurant Casa nostra, cible des attentats, a rouvert le 5 février 2016 Attentats à Paris
"Fausse victime" du 13 novembre : un an de prison ferme pour le gérant du Casa Nostra

Campagne électorale suspendue

La députée guyanaise Chantal Berthelot (apparentée PS) a suspendu sa campagne pour la collectivité unique de Guyane ce week-end, de même que Serge Letchimy, député (apparenté PS) en Martinique. Le sénateur réunionnais Paul Vergès (PCR) a appelé à "l'indispensable cohésion de tous".

Par ailleurs, le dîner annuel du Conseil représentatif des Français d'outre-mer (Crefom), prévu lundi soir en présence du premier ministre Manuel Valls et de l'ancien président Nicolas Sarkozy, est "reporté". Selon un dernier bilan provisoire délivré samedi en fin d'après-midi par le procureur de Paris, ces attaques sans précédent ont fait au moins 129 morts et 352 blessés, dont "au moins 99 en urgence absolue".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Outre-mer Attentats en France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780515183
Attentats à Paris : le plan Vigipirate renforcé dans les territoires d'Outre-mer
Attentats à Paris : le plan Vigipirate renforcé dans les territoires d'Outre-mer
Les départements et collectivités d'Outre-mer n'étaient pas concernés jusque-là par l'état d'urgence décrété par le président François Hollande pour la métropole.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentats-a-paris-le-plan-vigipirate-renforce-dans-les-territoires-d-outre-mer-7780515183
2015-11-14 21:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/LfSh5NMpoC09JlIBeASenA/330v220-2/online/image/2015/1114/7780515293_un-soldat-patrouille-dans-le-cadre-du-plan-vigipirate.jpg