1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Bruxelles : Zineb El Rhazoui dénonce une "routine" face au terrorisme
3 min de lecture

Attentats à Bruxelles : Zineb El Rhazoui dénonce une "routine" face au terrorisme

REPLAY / INVITÉE RTL - Deux jours après les attentats de Bruxelles, la journaliste de "Charlie Hebdo" exprime son "désarroi" face à cette "prison ambulante".

Zineb El Rhazoui le 26 mai 2015 à Oslo en Norvège.
Zineb El Rhazoui le 26 mai 2015 à Oslo en Norvège.
Crédit : VIDAR RUUD / NTB SCANPIX / AFP
Attentats à Bruxelles : Zineb El Rhazoui dénonce une "routine" face au terrorisme
09:59
Yves Calvi & Ana Boyrie

Une fois de plus, l'Europe est en deuil, particulièrement la Belgique, victime d'attaques terroristes mardi 22 mars. La population belge se réveille difficilement d'un scénario cauchemardesque, causant la mort de 31 personnes et 300 blessés, selon le dernier bilan officiel dévoilé par le ministère de la Santé. Deux jours après les attentats, la journaliste de Charlie HebdoZineb El Rhazoui réagit. Elle-même victime des attentats de janvier 2015, la jeune femme publie un livre, intitulé 13 (édition Ring), dans lequel est révélé des récits croisés de survivants


À la suite des attentats, la journaliste ressent un profond "désarroi" face à des attaques qui deviennent une "routine". Selon elle, on ne peut malgré tout pas s'habituer au terrorisme mais "on compose avec". Cette situation est loin d'être normale : "Vivre dans une prison ambulante alors que des types comme les Kouachi ou Salah Abdeslam sont identifiés mais circulent librement pour acheter des armes, louer des bagnoles ou encore se doter de ceintures d'explosifs, est une situation absurde", dénonce-t-elle. 

Un ouvrage thérapeutique pour les victimes

Cet ouvrage qui retrace le drame des attentats montre qu'il est difficile de passer à autre chose. La jeune femme explique qu'être rescapé d'un attentat terroriste conduit à la culpabilité d'avoir survécu. Une réaction que les thérapeutes appellent le "syndrome du survivant". Bien que la journaliste clame son athéisme, elle aime croire que sa survie a un but : "Si je suis encore là, c'est peut-être que j'ai encore quelque chose à faire". 

À l'échelle collective, il faut figer la mémoire

Zineb El Rhazoui, journaliste

Son devoir, selon elle, est de "contribuer en tant que journaliste à ne pas perdre la mémoire de ce qui s'est passé". À l'échelle de l'individu, "l'oubli est salutaire et thérapeutique, indique-t-elle, mais à l'échelle collective, il faut figer la mémoire". Zineb El Rhazoui estime qu'en tant que victime, il est important voire thérapeutique de "croiser les expériences et de comparer ce long chemin de croix que l'on doit entamer, lorsqu'on a été touché dans sa chair". Le parcours de la guérison est commun bien que selon elle, la plupart ne s'en remettra jamais. 

Dénonciation d'un paternalisme sur la communauté musulmane

À lire aussi

Zineb El Rhazoui refuse de plonger dans l'incompatibilité entre la communauté musulmane française et la criminalité. "Bien sûr que l'on peut être musulman et criminel", estime-t-elle. Une communauté dont elle ne connaît pas grand chose, car elle-même y est assimilée "par le nom, le faciès". La jeune femme pointe "ce paternalisme insupportable", qui doit cesser. "Ceux qu'on appelle musulmans sont des citoyens comme les autres", déclare-t-elle.

Il y a toujours quelque chose de beau qui jaillit de la mort

Zineb El Rhazoui

Un phénomène qui rejoint celui de l'amalgame. Zineb El Rhazoui est évidemment contre mais il serait temps selon elle, de faire l'amalgame "entre les terroristes et ceux qui justifient leurs actes et qui les défendent, et entre ceux qui passent à l’acte et ceux qui distillent l’idéologie jihadiste dans les mosquées", lance-t-elle. 

Concernant la perpétuité incompressible pour les crimes terroristes, la journaliste estime qu'il "vaut mieux préserver la société que de penser à la seconde chance de Salah Abdeslam". Une seconde chance que Zineb El Rhazoui a saisie, à la suite des attentats de Charlie Hebdo. La jeune femme révèle être enceinte, estimant "qu'il y a toujours quelque chose de beau qui jaillit de la mort"

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/