2 min de lecture Attentat à Nice

Attentat à Nice : Mohamed Lahouaiej Bouhlel, "un monstre", selon l'une de ses connaissances

"Je me suis sentie salie. J'avais dansé, ri et chanté avec l'homme à l'origine de cette barbarie", confie une jeune femme dans les colonnes de "L'Express".

La carte d'identité du terroriste de Nice : Mohamed Lahouaiej Bouhlel
La carte d'identité du terroriste de Nice : Mohamed Lahouaiej Bouhlel Crédit : Shutterstock/SIPA
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Elle dansait avec lui. Deux ans durant, de 2012 à 2014, une amatrice de danse a fréquenté Mohamed Lahouaiej-Bouhlel dans une salle niçoise, où tous deux apprenaient la salsa. Elle considérait cet homme, auteur de l'attaque qui a perpétré la mort de 84 personnes au soir du 14 juillet, comme, tout au plus, "un chaud lapin un peu lourd". Son témoignage a été recueilli par L'Express.

Lorsque, comme le reste des Français, elle découvre à la télévision le visage du tueur de la Promenade des Anglais, la contributrice de l'hebdomadaire ne reconnaît pas son partenaire de danse. "Mon mari m'a fait remarquer la ressemblance avec Mohamed. De mon côté, je ne la voyais pas. Ce n'était pas le Momo que je connaissais sur cette carte d'identité", affirme-t-elle. Puis une nouvelle photo est diffusée et celle-ci se rend à l'évidence.

Un "chaud lapin" parfois "un peu lourd"

"Soudain, c'était l'horreur...", confie-t-elle, désormais hantée par l'image d'un homme qu'elle a côtoyé chaque semaine. "Je me suis sentie salie. J'avais dansé, ri et chanté avec l'homme à l'origine de cette barbarie". À ses yeux, Mohamed Lahouaiej Bouhlel était "un jeune homme souriant et sympathique", qui "venait au cours assidûment et ne manquait jamais un stage" de danse. Là-bas, il était apprécié de tous, même s'il était dragueur envers les femmes. "C'était un 'chaud lapin. Par moment, il était un peu lourd", se souvient-elle.

Quand je me couche le soir, je vois son visage. Et quand j'allume ma télévision, c'est pareil. Il me hante.

Une partenaire de danse de Mohamed Lahouaiej Bouhlel
Partager la citation

À l'époque des cours de danse passés en compagnie de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, son groupe de co-danseurs ignorait tout de sa vie : "Nous avons tout découvert à la télévision. Lorsque j'ai entendu qu'il avait été marié et qu'il avait trois enfants, je n'en revenais pas".

À lire aussi
Deux ans après l'attentat sur la Prom', un feu d'artifice a de nouveau été tiré à Nice 14 juillet
14 juillet : premier feu d'artifice à Nice depuis l'attentat meurtrier de 2016

Celle-ci, qui est elle-même mère et grand-mère, peine désormais à trouver le sommeil. "Quand je me couche le soir, je vois son visage. Et quand j'allume ma télévision, c'est pareil. Il me hante", confie-t-elle, assurant qu'elle aura "du mal à passer à autre chose".

Quelques jours après le drame, elle a retrouvé les anciens du club de danse pour en discuter avec eux mais la discussion a tourné court. Les membres du club étaient gênés. "Nous l'avions côtoyé si longtemps sans nous rendre compte de rien", raconte la témoin. "Personne ne sait comment réagir face à l'atrocité d'un homme qui a commis des horreurs sans état d'âme. C'est un monstre, statue-t-elle. Il a installé un doute chez moi. Chaque fois que je croiserai une nouvelle personne, je ne pourrai m'empêcher de rester sur mes gardes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Nice Témoignage L'Express
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants