1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Armée : y a-t-il des néonazis parmi les militaires français ?
1 min de lecture

Armée : y a-t-il des néonazis parmi les militaires français ?

À la suite de la découverte faite par "Médiapart" d'actes néonazis dans les rangs de l'armée française, le ministère des Armées promet des "sanctions lourdes".

Un hélicoptère de l'armée française (illustration).
Un hélicoptère de l'armée française (illustration).
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Armée : y a-t-il des néonazis parmi les militaires français ?
01:25
Brice Dugénie
Journaliste

L'enquête de Médiapart sème le trouble au sein de l'armée. Des messages à la gloire des SS, des drapeaux barrés de croix gammées... Les documents recueillis par le journal en ligne ne laissent guère de doutes quant à l'idéologie défendue par ces soldats. Le ministère a promis des sanctions lourdes. Il faut dire que les actes décrits sont particulièrement graves.

Sur une vidéo publiée, on voit des enfants incités par le soldat qui filme à faire des saluts nazis. Puis au Sahel un jeune enfant noir est forcé à faire des pompes dans le désert. En russe, le légionnaire l'insulte et l'humilie. Les saluts, slogans et tatouages à la gloire d'Hitler, Mussolini ou de la suprématie blanche s'affichent sur les réseaux sociaux et jusque dans les casernes.

Le ministère des Armées enquête et condamne. Hervé Grandjean, son porte-parole affirme ainsi "une tolérance absolument zéro vis-à-vis de toutes les idéologies nauséabondes et extrémistes. Sur les quelques cas qui ont été révélés et si les faits sont avérés, les sanctions seront évidemment très lourdes", a-t-il assuré.

Le ministère conteste en revanche le chiffre de 50 soldats et précise qu'un service est en charge de repérer les militaires aux idées extrêmes. "Nous faisons un travail avant chaque recrutement pour prévenir les incrustions de ce type au sein du ministère des Armées. Aucun dispositif de détection n'est infaillible, mais nous faisons tout pour que les mailles du filet soient les plus étroites possibles et qu'aucun cas de ce type ne puisse s'insérer dans les rangs des armées", a martelé Hervé Grandjean. Manifestement, les failles du filet sont encore un peu trop larges.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/