2 min de lecture Santé

Alzheimer : comment parler à un proche malade

ÉCLAIRAGE - Plus de 900.000 personnes sont touchées par la maladie d'Alzheimer en France. Alors comment adopter un comportement adéquat vis-à-vis d'un proche touché par cette maladie ?

Alzheimer est-elle notre plus grande peur à tous ?
Alzheimer est-elle notre plus grande peur à tous ?
Nicolas Barreiro

La maladie d'Alzheimer provoque des pertes de mémoire et complique fortement la vie des personnes atteintes. Elle touche aujourd'hui plus de 900.000 personnes en France. 

Il n'est pas évident d'adopter un comportement adéquat en présence d'un proche que l'on a connu en parfaite forme, actif, bien portant, les idées en place et qui a changé du jour au lendemain à cause de sa maladie.

Le point le plus important est de ne jamais se mettre en colère. Cela peut devenir énervant de répéter la même chose une dizaine de fois ou de nettoyer tout ce que peut renverser la personne atteinte mais il faut savoir se maîtriser.

Il savoir faire preuve d'empathie. On est jamais aussi efficace et pertinent que quand on prend la peine de se mettre à la place de l’autre. L'autre en l’occurrence est un proche qui, bien qu'il n'ait plus toute sa tête, se rien compte que quelque chose ne vas pas. Dans ce contexte, l’agressivité ne fait qu’accentuer un repli sur soi qui, lui, ne fera que profiter à la maladie. 

Rester bienveillant

À lire aussi
Le virologue Bruno Lina était l'invité RTL soir de Thomas Sotto. santé
Coronavirus : "On a les moyens d'éviter un reconfinement", estime Bruno Lina sur RTL

Il est primordial de faire en sorte que le proche atteint par la maladie d'Alzheimer sente qu'il fait pleinement partie de votre vie ou de la famille. Il doit sentir qu'il est à sa place là où il se trouve. Il faut donc continuer de lui parler de la même manière que vous lui parliez avant qu'il ne soit atteint. Ne lui parlez pas comme s'il était un enfant, il reste un adulte. Ce comportement est humiliant et contre-productif.

Savoir anticiper certaines situations est inévitable. Si vous dites, par exemple, au patient qu'il doit se préparer pour un rendez-vous dans l'après-midi, ne lui dites pas cinq heures avant. Sinon, il aura oublié. Autre exemple, si un ami est invité chez vous. La personne malade risque très probablement de ne plus se souvenir de son nom. Dans ce cas, pour qu'il ne se retrouve pas dans l'embarras, prévenez-le : "Tiens voilà Untel, le fils de Truc ou de Bidule".

Toutes les infos que vous donnez au dernier moment aident la personne dont la mémoire s’effiloche à avoir la bonne réaction.

Laissez le malade radoter

Cela peut sembler paradoxale mais les personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer sont capables d'aller chercher des anecdotes très anciennes au fin fond de leur mémoire. Si vous l'avez déjà entendue où qu'il l'a déjà racontée, ne relevez surtout pas le fait qu'il radote.

Une personne qui raconte de vieux souvenirs, c’est une personne qui retrouve de l’assurance, de l’estime de soi, parce qu’elle s’ancre dans une époque où elle était en pleine possession de ses moyens. 

Son récit est donc fluide, cela va même lui procurer du plaisir. De plus, il demeure très important de continuer à parler lorsqu'on est touché par cette maladie, c'est pourquoi l'orthophonie est préconisée par les spécialistes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Alzheimer Maladie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants