1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Alimentation : la surproduction de lait bio pénalise les éleveurs
2 min de lecture

Alimentation : la surproduction de lait bio pénalise les éleveurs

En raison d'une surproduction de lait bio, les agriculteurs sont parfois obligés de vendre le lait bio au prix du lait normal et se retrouvent donc pénalisés.

Des briques de lait bio (illustration)
Des briques de lait bio (illustration)
Crédit : MYCHELE DANIAU / AFP
Bio : "La courbe de production augmente plus vite que la courbe de consommation", dit un éleveur
02:29
Samuel Goldschmidt - édité par William Vuillez

RTL vous emmène dans les coulisses du bio. Le secteur est-il en train d'atteindre un plafond ? Le groupe Biolait, très important, appelle les Français à acheter des packs pour écouler les stocks qui débordent. La raison ? Une surproduction. Il y a de plus en plus d'agriculteurs convertis, mais pas forcément plus de demande, si ce n'est moins.

Conséquence en ce moment, le lait bio est parfois acheté au prix du lait normal aux agriculteurs qui se retrouvent donc pénalisés. À Pexonne en Meurthe-et-Moselle, un éleveur en bio commence à percevoir les effets de la crise. Pascal s'est converti au bio à l'occasion d'une crise sanitaire, la vache folle en 2001. Il pensait être à l'abri des problèmes économiques avec cette production différente, mais le voilà rattrapé par ce phénomène tout simple qu'il explique lui même. 

"Il y a plus de production que de consommation, le consommateur ne consomme pas plus de lait qu'avant, voire peut-être moins. Donc, ça fait de la concurrence, ni plus ni moins. Et en plus, en bio, il y a eu beaucoup de reconversions qui se sont passées les dernières années et à venir. La courbe de production augmente plus vite que la courbe de consommation", dit-il.

Incertitude pour 2022

On collectait 277 millions de litres de lait bio en France en 2010. On en était à 1,11 milliard l'année dernière. La consommation est en train de baisser, donc certaines coopératives se mettent à payer le bio au prix du normal. Et là, ça fait mal, parce que le bio, c'est "500 euros les 1.000 litres et en conventionnel, ils sont à 340, 350 euros", explique Pascal. "Économiquement, si on prend les chiffres bêtes et méchants, non, ce n'est pas rentable", dit-il. 

À lire aussi

L'incertitude est encore plus grande pour 2022. Pascal doute vraiment de la suite. "En 2021, il y a 20% de lait bio qui part dans le conventionnel. Vu les conversions, si la consommation n'évolue pas en 2022, ce sera en gros 30%. Ça pèse", explique l'éleveur. La production bio va augmenter l'année prochaine, dans les 250 millions de litres supplémentaires avec la nouvelle vague de conversion. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/