3 min de lecture Économie

Union européenne : l’Allemagne et les Pays-Bas tentés par la relance budgétaire

L'Allemagne et les Pays-Bas font actuellement face au ralentissement du commerce mondial. Historiquement opposés à la relance budgétaire, ces deux pays pourraient pourtant y avoir recours, nous explique François Lenglet.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Relance budgétaire : "une invention française" dit François Lenglet Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Thomas Pierre

"Relance budgétaire", deux mots qui font une soudaine réapparition dans la zone euro après avoir été tabous en Europe. Cette formule symbolise en effet, pour l’Allemagne en particulier, la politique qu’on doit absolument éviter.

La relance, c’est quand l’État se met à dépenser davantage pour soutenir l’économie, par exemple avec des programmes de construction de routes, de réseaux d’énergie, de recherche dans l’innovation. Et si Berlin est contre par principe, c’est parce que la doctrine allemande considère que cela ne produit pas d’effets durables et que cela détériore les comptes publics, en creusant le déficit. 

Et voilà que ce sont justement l’Allemagne et les Pays-Bas, deux pays qui se prévalent de la rigueur, qui veulent relancer leur économie. Qu’est-ce qui a motivé cette conversion ?

Un ralentissement du commerce mondial

Ces deux pays sont victimes du ralentissement du commerce mondial, à cause de la guerre commerciale Chine-Amérique, du Brexit, du ralentissement chinois. Car une bonne partie de leur croissance vient de leurs exportations. Les ventes à l’étranger comptent ainsi pour la moitié du PIB allemand. Le constructeur automobile Volkswagen réalise par exemple 40% de ses ventes en Chine, Mercedes 30%. Faute de croissance venant de l’extérieur, ils veulent donc la soutenir à l’intérieur des frontières.
 
Qu’est-ce qu’ils vont faire ? Les Pays-Bas ont tiré les premiers, ils devraient annoncer dans quelques jours la création d'un fonds de relance de 50 milliards d'euros, une sorte de cagnotte pour financer les infrastructures, les développements de l'intelligence artificielle, faire une réforme des retraites et revaloriser les salaires des enseignants. 

À lire aussi
Esther Duflo, Abhijit Banerjee et Michael Kremer ont remporté le prix Nobel de l'économie. économie
Prix Nobel d'économie : Esther Duflo, Abhijit Banerjee et Michael Kremer récompensés

Les Néerlandais vont emprunter cette somme. Il est vrai qu'ils s'endettent à taux négatifs, c'est-à-dire qu'ils auront à rembourser moins que ce qu'ils empruntent, et que leur dette publique n'est que de 50% du PIB, deux fois moins que la France. 

L'Allemagne pourrait relancer sans s'endetter

En Allemagne, plusieurs voix éminentes se sont prononcées pour la relance, comme Peter Altmaier, le ministre de l'économie, et des grands patrons. Et pourtant c'est plus compliqué. Il serait impossible d'emprunter pour faire un programme de relance, car l'Allemagne s'est dotée il y a plusieurs années d'un "frein constitutionnel" à l'endettement, qui limite le recours au déficit à 0,35% du PIB, c'est à dire trois fois rien. 

Le tout est de savoir si Angela Merkel acceptera de réviser cette règle. C'est peu probable qu'elle prenne le risque de heurter ainsi les conservateurs de sa majorité. Mais ce n'est pas l'argent qui manque, puisque le budget fédéral est en excédent de plusieurs dizaines de milliards d'euros par an, aujourd'hui utilisés à rembourser la dette. L'Allemagne pourrait donc relancer sans s'endetter.

Et la France ?

D’autres pays européens vont-ils suivre ? C'est possible, si la conjoncture continue à se détériorer. Ce qui est sûr, c'est que la banque centrale européenne, qui se réunit à la mi-septembre, va encore baisser les taux d'intérêt, de façon à tenter de ranimer l'activité.

Et la France ? La relance budgétaire, c'est une invention française, mise en oeuvre par tous les présidents qui se sont succédé, avec la régularité d'un métronome. Emmanuel Macron ne déroge pas à la règle. Après les "gilets jaunes", il a pris des mesures de soutien au pouvoir d'achat financées par le déficit budgétaire. 

Si on était charitable, on dirait que sur ce point, la France était en avance sur l'Allemagne. Si on l'est moins, on dira que la France ne fait jamais que persister dans ses travers, mais qu'une mauvaise politique faite au bon moment, ça peut devenir une bonne politique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Budget Allemagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants