2 min de lecture Allemagne

Allemagne : 30 ans après la chute du Mur, une fracture béante entre ex-RFA et ex-RDA

L'extrême droite devrait faire un score très élevé aux élections régionales en ex-Allemagne de l'Est, se nourrissant du fossé croissant entre les deux Allemagnes.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Allemagne : 30 ans après la chute du Mur, la fracture reste béante entre ex-RFA et ex-RDA Crédit Image : AFP / Gérard Malie | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Léa Stassinet

Des élections régionales auront lieu dimanche 1er septembre dans l'ex-Allemagne de l’Est, et l'on attend un score très élevé de l’extrême droite, qui se nourrit du fossé croissant entre les deux Allemagnes. 

Trente ans exactement après la chute du Mur, les habitants des cinq nouveaux Lander, c’est comme cela qu’on appelle l’ex-RDA, se sentent plus que jamais des citoyens de seconde classe. Ce sont les électeurs du Brandebourg et de Saxe qui vont s’exprimer dimanche, ils devraient donner la première place à l’AFD, qui est une sorte de Front National allemand.

Un ressentiment au fondement économique. Si l’on compare les indicateurs de l’Ouest et de l’Est, la différence reste considérable. À Hambourg par exemple, ville de l’ancienne Allemagne de l'Ouest, la richesse par habitant est deux fois supérieure à la moyenne européenne, selon Eurostat. 

30% d'écart au niveau des salaires

Alors que dans les deux Lander qui votent dans deux jours, et qui appartiennent bien sûr à l’Est, la richesse par habitant est 10 à 20% inférieure à cette moyenne européenne. Cette différence se retrouve dans les salaires. En moyenne, les rémunérations sont de 3.400 euros par mois à l’Ouest, contre 2.600 à l’Est. Ça fait quand même pas loin de 30% d’écart, à peu près comme il y a vingt ans.

À lire aussi
L'explosion a retenti peu avant 8 heures dans un immeuble de Blankenburg, dans l'Est de l'Allemagne. Allemagne
Allemagne : un mort et de nombreux blessés dans l'explosion d'un immeuble

Il faut rappeler que la réunification est un chantier titanesque, qui a mobilisé, sur une génération, au bas mot mille milliards d’euros. Ça fait plus de deux ans du budget annuel de la France. Malgré cela, le gap de niveau de vie subsiste, auquel s’ajoute des facteurs extra-économiques. 

L’impression d’avoir été colonisés tout d’abord, par les habitants de l’Ouest, qui considéraient - et considèrent toujours - leurs compatriotes orientaux avec un peu de mépris. Il existe ainsi un musée de la RDA, à Berlin, qui raconte l’ancien régime communiste exactement comme s’il s’agissait d’une peuplade primitive, stupide et sous-développée. La quasi totalité des dirigeants politiques, économiques, dans les médias, sont originaires de l’Ouest, y compris dans les nouveaux Lander. Selon une étude citée par le Financial Times, il n’y aurait, au plan national, que 1,7% de l’élite allemande venant des régions de l’ex-RDA.

Deux millions de personnes ont migré de l'Est à l'Ouest

Si cette disproportion a pu perdurer, c'est tout simplement parce que l’Allemagne de l’Est a été victime d’un gigantesque mouvement d’émigration. Près de deux millions de personnes ont quitté les anciennes régions communistes, après la réunification, pour aller à l’Ouest, où les salaires étaient meilleurs. 

Deux millions sur 16 millions d’habitants, c’est énorme, c’est une hémorragie. Et il s’agissait souvent des personnes les plus qualifiées. Seuls sont restés les jeunes non diplômés et les personnes âgées, d’autant plus mécontentes d’être dirigées par l’Ouest qu’elles ont vu les services publics reculer, les lignes de train fermer, les hôpitaux s’éloigner, c'était un contraste avec la situation qui prévalait avant quand l'État s’occupait de tout dans l'ex-RDA. 

Un paradoxe, quand on sait que la chancelière Angela Merkel vient de la RDA. Mais ses ex-compatriotes lui en veulent beaucoup, non seulement à cause de l’écart économique entre les deux Allemagne, mais à cause de l’afflux d’immigrés, que la chancelière a provoqué en 2015, autorisant plus d’un millions d’étrangers à s’installer dans le pays. Bon nombre d’habitants de l’Est n’ont alors pas compris que l’Allemagne aide des étrangers, alors qu’eux-mêmes restaient dans une situation médiocre. C’est de tout cela dont ils veulent se venger, dans les urnes dimanche.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allemagne Mur de Berlin Élections
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants