2 min de lecture Économie

Étude : quels facteurs nourrissent la grogne sociale en France ?

Une nouvelle étude tente d'expliquer les différentes raisons qui ont motivé les mouvements sociaux successifs en France ces derniers mois.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Étude : quels facteurs nourrissent la grogne sociale en France ? Crédit Image : PASCAL GUYOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Maeliss Innocenti

Le Conseil d'analyse économique a publié mardi 14 janvier une étude dans laquelle des experts ont cherché à expliquer trois phénomènes français : le mouvement des "gilets jaunes", l'abstention lors des scrutins -en particulier lors de la dernière présidentielle- et l'insatisfaction de la vie.

Ces trois phénomènes sont en apparence différents mais sont, selon les auteurs de cette étude, trois symptômes d'un même malaise et qui s'expliquent tous par les mêmes causes. Des causes étonnantes parfois. Comme la fermeture d'une supérette dans une petite ville, par exemple, ou bien du dernier commerce de détails. Les villes qui ont connu ça étaient beaucoup plus nombreuses à avoir subi les manifestations des "gilets jaunes", comme les occupations de ronds-points. 

Ce sont aussi les villes où le taux d'abstention a le plus progressé lors des consultations électorales récentes. Idem pour les fermetures de lycées, de cinémas ou d'une librairie-papeterie. Ce sont aussi des endroits où les "gilets jaunes" ont été particulièrement actifs.

Frustration dans les communes éloignées

On évoque aussi très souvent la disparition des équipements de santé et des hôpitaux qu'on ferme. Les économistes disent que la perte d'une maternité, d'urgences, ou plus encore d'un service d'infirmiers, ça peut jouer. Mais l'étude révèle que ce qui perturbe le plus la vie des habitants dans ce domaine, c'est la disparition du gynécologue. Un événement qui n'est d'ailleurs pas le propre des communes rurales.

À lire aussi
Des voitures d'occasion (illustration) auto
Coronavirus et confinement : les ventes de voitures en chute libre

Toutes ces fermetures (commerces, services de santé…) augmentent le temps de déplacement et le budget transports. Le taux d'abstention progresse au-delà de 35 minutes de déplacement entre le domicile et la ville la plus proche équipée de ces services indispensables. La probabilité de connaître un événement "gilets jaunes" est donc plus forte pour les 30% de communes les plus éloignées. Ce sont des communes qui concentrent tout de même cinq millions d'habitants.

Le déclencheur des "gilets jaunes", ça a été la fiscalité. Mais cet élément ne vient qu'après l'éloignement. Les communes les plus agitées ont en effet été celles où les impôts locaux ont augmenté plus qu'ailleurs. Idem pour l'immobilier. La frustration augmente dans les territoires où le nombre de transactions chute. C'est-à-dire là où les prix baissent.

Faut-il encourager la métropolisation ?

Autre facteur à considérer : le nombre d'associations, qui créent du lien social. Il y a un lien inversé entre la proportion de licenciés sportifs et l'abstention. Plus les associations sont actives, plus il y a d'intérêt pour la vie politique du pays et donc moins d'abstention.

Mais cela veut-il dire qu'il faut investir dans les zones rurales ? Il y a un débat à ce sujet. Le problème, c'est que dans les années récentes l'activité et l'emploi se sont concentrées dans les grandes agglomérations… avec tous les problèmes que cela pose, notamment la congestion. C'est la métropolisation de l'économie. On l'observe partout dans le monde. 

Alors faut-il accompagner cette métropolisation en investissant là où s'installent les habitants ? Investir dans les transports en commun, les logements… Ou faut-il au contraire maintenir un niveau élevé d'intervention publique dans les zones à faible densité démographique et en privilégiant la ruralité ? Sacré dilemme en nos temps budgétaires où la ressource financière est comptée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Gilets jaunes Réforme des retraites
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants