2 min de lecture Salaires

États-Unis : les salaires des grands patrons “à la démesure du pays", dit Menanteau

ÉDITO - Les salaires extravagants des présidents de sociétés aux Etats-Unis alimentent une polémique qui enfle au fil des révélations. Les chiffres font aussi débat de l’autre côté de l’Atlantique ?

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
États-Unis : les salaires des grands patrons "à la démesure du pays", dit Menanteau Crédit Image : MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

Le sujet est inflammable partout dans le monde. Aux États-Unis, il est à la démesure du pays. Retenez votre souffle : Elon Musk, le patron de Tesla, qui révolutionne c’est vrai l’industrie automobile, celui qui nous promet aussi des vacances sur Mars dans 15 ans a touché 40.668 fois plus que le salaire médian du personnel de son entreprise. 

Le salaire médian dans une société c’est la paye qui partage en deux la grille des rémunérations. Une moitié gagne plus. L’autre moins. Cette extravagance est comme le personnage atypique. Mais globalement on peut dire que cela flambe tous azimuts chez les gros patrons. 

En moyenne, ils ont gagné l’an dernier 254 fois plus que le salarié du milieu du peloton. On tourne autour de 12,5 millions de dollars. Le boss de Manpower ne fait pas dans l’intérim côté salaire : 2508 fois, ceux de Walt Disney, Starbucks ou Coca Cola passent tous la barre du multiple 1000.

Une loi censée encadrer ces débordements

Celle loi impulsée de Barack Obama n’est opérationnelle que depuis cette année mais elle a déjà été largement vidée de son sens. Les leçons de la crise de 2008 et ses excès n’ont pas résisté à la vague Donald Trump. Les américains de la classe laborieuse qui ont fait son succès ne s’attendaient certainement pas à une telle évolution. 

À lire aussi
Les femmes déclarent avoir moins confiance pour négocier leur salaire égalité hommes-femmes
D'après un sondage, les femmes négocient moins leur salaire que les hommes

Le dépouillement en cours des livres de comptes des grandes entreprises cotées montre déjà que 10% de ces sociétés ont des dirigeants qui gagnent 1000 fois plus que le salaire médian de leur boite.

3% d'augmentation des salaires

L’opposition démocrate fait son miel de cette perte de sens commun. Car si l’économie américaine va bien, si elle crée des emplois, les rémunérations n’ont augmenté en moyenne que de 3% avant inflation. Les candidats à la Maison Blanche ne sont pas les seuls à s’alarmer de cette dinguerie. 

Le patronat propose d’ores et déjà des corrections : des centaines d’entreprises adhèrent à un nouveau concept de management : les "B Corps" qui rassemble des sociétés qui veulent faire des bénéfices mais aussi avoir un impact positif sur leur environnement social, avec entre autre des échelles de rémunérations moins extravagantes entre la moyenne des salariés et les dirigeants des derniers étages du building. Comme souvent, l’Amérique est le pays des excès et des innovations.   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Salaires États-Unis Elon Musk
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants