3 min de lecture Aéronautique

Air France : le groupe va supprimer 7.580 postes d'ici fin 2022

La direction du groupe Air France a annoncé le 3 juillet vouloir supprimer 7.580 postes dans la compagnie Air France et la filiale régionale Hop! d'ici fin 2022 pour "faire face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le groupe".

Des salariés d'air-France protestent contre les réductions d'effectifs, ici à l'aéroport Charles de Gaulle de Roissy, le 3 juillet.
Des salariés d'air-France protestent contre les réductions d'effectifs, ici à l'aéroport Charles de Gaulle de Roissy, le 3 juillet. Crédit : Eric PIERMONT / AFP
benoit
Benoît Collet et AFP

La direction du groupe Air France a annoncé le 3 juillet vouloir supprimer 7.580 postes dans la compagnie Air France et la filiale régionale Hop! d'ici fin 2022, pour "faire face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le groupe".

Elle prévoit la suppression de 6.560 emplois sur 41.000 (CDI équivalents temps plein) au sein de la compagnie tricolore et de 1.020 postes sur 2.420 chez Hop!, a-t-elle indiqué dans un communiqué à l'issue de réunions avec les représentants du personnel des deux compagnies. Ces suppressions de postes représentent 16% des effectifs d'Air France et 40% de ceux de Hop!.

"Pendant trois mois, l'activité et le chiffre d'affaires d'Air France ont chuté de 95%, et au plus fort de la crise, la compagnie a perdu près de 15 millions d'euros par jour, a souligné le groupe, qui anticipe une reprise "très lente". Il explique vouloir entamer une "transformation (qui) repose principalement sur le changement de modèle de son activité domestique, la réorganisation de ses fonctions support et la poursuite de la réduction de ses coûts externes et internes".

"Ferme intention d'éviter tout licenciement sec"

La direction compte sur les départs naturels non remplacés (plus de 3.500 chez Air France, 200 chez Hop!) pour réduire le sureffectif identifié et sur des "dispositifs de départs privilégiant les mesures de volontariat, d'aménagement de fin de carrière et de mobilité professionnelle et géographique".

À lire aussi
Emmanuel Macron a présenté le projet "Scaf" au salon du Bourget 2019. Union européenne
Armée : quel est le nouvel avion de combat qui va coûter si cher ?

Mais selon les syndicats, le court-courrier, drastiquement réduit, pourrait être soumis à des départs contraints, une première chez Air France, faute de départs volontaires suffisants ou d'acceptation d'une mobilité géographique. Hop! sera logé à la même enseigne.

"Il s'agit de sauvegarder l'emploi de milliers de salariés. C'est dans cet état d'esprit que nous engagerons les négociations avec la ferme intention d'éviter tout licenciement sec", a réagi Farid Slimani, de l'Unsa Aérien. "Ce sont encore les salariés qui paieront le tribut le plus lourd", a pour sa part regretté Christophe Malloggi, secrétaire général de FO Air France, premier syndicat de la compagnie.

Air France-KLM a reçu au printemps un soutien financier de 7 milliards d'euros pour affronter les turbulences liées à la Covid-19.

Rassemblements à Roissy et à Nantes

"Certaines conditions de ces aides nous semblent insuffisantes, comme la protection des emplois, et d'autres trop contraignantes, comme l'interdiction d'effectuer des vols si le TGV relie deux villes à moins de 2h30", estime Christophe Malloggi.

"On a deux effets, l'effet de la crise, et puis à l'évidence un effet d'aubaine : l'entreprise cherche aussi à faire des économies, des restructurations face à ce qu'elle appelle des défauts structurels", a jugé le numéro un de FO, Yves Veyrier, sur France Info.

Devant le siège d'Air France à Roissy, une centaine de personnes s'étaient regroupées dans la matinée pour exprimer leur "colère". Le grillage de la vaste entrée du siège de la compagnie aérienne a été recouvert par de nombreuses affiches clamant "Nos vies valent plus que 7 milliards" ou "Air France veut nous tuer".

À Nantes, près d'une cinquantaine de personnes ont cadenassé au petit matin un portail pour bloquer l'accès au siège de la compagnie régionale, et les représentants du personnel ont boycotté le comité social et économique (CSE) extraordinaire de Hop!. Seul le secrétaire (CGT) du CSE s'y est rendu afin d'obtenir la nomination d'un expert.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Aéronautique Crise économique Air France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants