2 min de lecture Cancer

VIDÉO - Cancer : elle raconte sa bataille contre la maladie

TÉMOIGNAGE - À l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, Michèle Futerko raconte son combat. Elle a découvert l'existence de son cancer du poumon en août 2014, une maladie qui a emporté sa sœur quelques mois plus tôt.

>
Elle raconte sa bataille contre le cancer Crédit Image : Capture d'écran / M6 | Crédit Média : Cécile Chabaneau et David Madej | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 et Sophie Merle

Le cancer est encore aujourd'hui la première cause de mortalité prématurée dans le monde, bien avant les guerres et autres catastrophes naturelles. Il fait beaucoup moins parler de lui, mais il tue. En France, 150.000 personnes en meurent chaque année

Pourtant sur les 400.000 nouveaux cas diagnostiqués par an, 55% en guérissent. Il se soigne et l'intérêt de cette journée mondiale contre le cancer est aussi de faire prendre conscience de l'utilité d'un dépistage précoce permettant d'arriver à une guérison. 

Michèle Futerko a découvert l'existence de son cancer du poumon en août 2014, un mal qui a emporté sa sœur quelques mois plus tôt. "J’étais une fumeuse tardive par rapport aux gens de ma génération. Je m’y suis mise à partir de 22 ans. Je fumais principalement au bureau avec le stress. Mais je n’ai jamais dépassé les 10 cigarettes par jour. Ma voix était altérée, je toussais beaucoup. Quand on me l’a annoncé, j’étais persuadée que je ne pourrais pas m’en sortir… J’ai vu ma sœur mourir et le combat qu’elle a mené pendant 13 mois, je me suis dit c’est fini". 

Chimiothérapie, radiothérapie, immunothérapie...

Elle entame deux ans et demi de traitements lourds. Chimiothérapie, radiothérapie, et immunothérapie. Elle s’engage ainsi pendant de longs mois dans un combat contre la maladie. "Quand on a envie de vomir on a l’impression qu’on va crever. Et on a cet effet-là tout le temps. On a peur, on pleure sans arrêt parce que c’est très douloureux par moments".

À lire aussi
Parlons-nous - Dublanche Caroline Dublanche
L'amour plus fort que la mort

Ce qu’elle appelle "le couloir de la mort", c’est l’hôpital où elle est hospitalisée deux mois pour faire une chimiothérapie. "J’ai vu des gens mourir pendant cette période. On s’attache à ces personnes et on se dit que nous sommes dans le même lot". Puis vient enfin le temps de l’opération. L'ablation d'une partie du poumon. "En pleine forme, aucun effets secondaires…Mais les jours qui ont suivi, j’ai déclaré une septicémie. J’ai dû suivre un traitement antibiotique très dur. J’ai perdu 9 kilos", explique Michèle. 

C’est ma troisième vie qui va commencer

Michèle Futerko
Partager la citation

Et d'ajouter : "Puis cette année, la maladie vaincue, l'espoir d'une nouvelle vie…C’est ma troisième vie enfin qui va commencer. Première vie avant la maladie, deuxième vie pendant la maladie et maintenant il y a plus de cancer dans mon corps. Bon c’est une rémission, faut pas se leurrer. On ne peut pas parler de guérison avec un cancer… Mais on peut évoquer une rémission sur 20 ans, je me dis allez j’ai 64 ans, jusqu’à 80 ans c’est pas mal". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cancer Maladie Vidéo M6
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants