2 min de lecture Royaume-Uni

Vaccin AstraZeneca : au Royaume-Uni, 7 personnes décédées à la suite de thromboses

Sept personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca sont mortes en raison de caillots sanguins, au Royaume-Uni. 31,3 millions de premières doses ont été injectées outre-Manche.

Flacon de vaccin AstraZeneca (illustration).
Flacon de vaccin AstraZeneca (illustration). Crédit : JOEL SAGET / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Le vaccin développé en collaboration avec l'université d'Oxford accumule les déboires, malgré le feu vert de l'Agence européenne des médicaments. Outre-Manche, le régulateur a rapporté que sept personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca sont décédées de caillots sanguins au Royaume-Uni, qui compte 127.000 victimes de l'épidémie de coronavirus. 

Sur les 30 cas enregistrés jusqu'au 24 mars inclus, "sept malheureusement sont morts", indique le communiqué de l'agence britannique du médicament (MHRA), diffusé samedi 3 avril. Au total, 22 cas de thromboses veineuses cérébrales et huit autres cas de thromboses associées à un déficit de plaquettes ont été signalés à l'institution, sur un total de 18,1 millions de doses administrées. 

Des symptômes graves qui font l'objet d'examens "qui se poursuivent", a précisé la directrice de la MHRA. June Raine a par ailleurs indiqué qu'aucun cas similaire n'avait été signalé pour le vaccin Pfizer/BioNTech.

Pas plus de risques qu'un vaccin habituel ?

Malgré tout, "les avantages du vaccin AstraZeneca pour prévenir l'infection au Covid-19 et ses complications continuent d'être largement supérieurs aux risques et le public devrait continuer à recevoir le vaccin quand il est invité à le faire", a jugé la responsable. 

À lire aussi
restauration
Coronavirus : à quoi le nouveau moyen de paiement dans les restaurants ressemble-t-il ?

"Le risque d'avoir ce type de caillots sanguins" reste "très faible", soutient ainsi l'agence dans un avis rendu jeudi sur les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19 administrés au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe. 

En d'autres termes, le sérum ne présenterait pas plus de risques qu'un vaccin habituel. "Le nombre et la nature des effets indésirables signalés jusqu'ici ne sont pas inhabituels comparés à d'autres types de vaccins utilisés couramment", selon June Raine.

Un vaccin suspendu dans plusieurs pays

Plusieurs décès ont été rapportés dans le monde, jetant un peu plus de suspicion sur le sérum AstraZeneca. En raison de cas graves de formation de caillots sanguins, certains pays ont décidé de ne plus utiliser ce traitement en dessous d'un certain âge. Des suspensions ont été annoncées vendredi pour les personnes âgées de moins de 60 ans aux Pays-Bas, après que l'Allemagne a pris une décision similaire. Ils ont emboité le pas au Canada et à la France (55 ans), la Suède et la Finlande (65 ans).

Au niveau européen, le gendarme du médicament avait assuré que le vaccin AstraZeneca était "sûr et efficace" et qu'il ne représentait pas un risque plus élevé de thrombose. Mercredi, l'Agence européenne des médicaments avait indiqué n'avoir identifié aucun facteur de risque spécifique tels que l'âge, le sexe ou les antécédents médicaux. 

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie, qui a contaminé plus de 4.300.000 Britanniques, une stratégie vaccinale ambitieuse a été entreprise par le gouvernement. La campagne de vaccination au Royaume-Uni, l'une des plus avancées au monde, a déjà permis d'administrer 31,3 millions de premières doses et près de cinq millions de secondes doses, sur près de 66 millions d'habitants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Vaccin Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants