1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Sexe : pourquoi il ne faut plus considérer l'orgasme comme un objectif
2 min de lecture

Sexe : pourquoi il ne faut plus considérer l'orgasme comme un objectif

PODCAST - Dans le quatrième épisode des "Français au Lit", Laurent et Florian racontent ce qui a changé dans leur vie sexuelle lorsqu'ils ont décidé de ne plus faire de l'orgasme l'objectif de leurs rapports sexuels.

Rapport sexuel n'est pas forcément synonyme d'orgasme.
Rapport sexuel n'est pas forcément synonyme d'orgasme.
Crédit : Unsplash/@wevibe
Saison 2 - 4. La recherche de l'orgasme
14:57
Marie Zafimehy

"Pendant très longtemps j'ai cru qu'un homme devait être un bon amant, qu'il y avait une histoire de performance." Laurent a 57 ans. Il y a 20 ans il a découvert le tantra, une philosophie qui permet de s'affranchir des contraintes de la société, notamment en matière de sexualité. 

Depuis, il a remis en cause l'idée qu'il se faisait d'un rapport sexuel. "Quand je fais l'amour je ne sais pas si je vais éjaculer ou pas, c'est devenu un choix, ce n'est plus un objectif principal", raconte-t-il dans le quatrième épisode du podcast Les Français au Lit.

L'orgasme, source de plaisir intense, a longtemps été considéré comme l'apogée du rapport sexuel. Ce sont les sexologues William Master et Virginia Johnson qui ont popularisé cette croyance en établissant ce qu'ils appellent le "cycle sexuel" préliminaires, pénétration, orgasme.

Je peux avoir des rapports plus longs qui n'ont pas vraiment de début et de fin

Florian, 30 ans

Un triptyque que Florian, 30 ans, a lui aussi appris à remettre en cause... pour sa plus grande satisfaction. "Je peux avoir des rapports plus longs qui n'ont pas vraiment de début et de fin, explique-t-il. J'aime bien me dire peut-être que là on fait l'amour ça dure cinq minutes, peut-être qu'après on va faire un autre truc, et après ça dure une heure et demie."

À lire aussi

En s'affranchissant de l'objectif de l'orgasme, Laurent a découvert d'autre aspect de sa sexualité. "Jusqu'à la découverte du tantra, j'avais une sexualité très génitale et mon objectif était la satisfaction de la zone basse de mon corps. J'ai par exemple longtemps associé l'idée de faire l'amour à l'idée d'éjaculation." 

Un travers qui fausse les relations sexuelles selon le sexothérapeute Alain Héril. "Naturellement on va associer l'orgasme avec la récompense de la relation sexuelle", explique-t-il. Mais ce qu'il trouve important, c'est ce qu'on appelle en sexologie le "post-lude", c'est-à-dire l'après-orgasme

Si votre relation sexuelle c'est juste pour avoir un orgasme (...) dans ce cas-là on obtient à deux ce qu'on peut obtenir seul

Alain Héril, sexothérapeute

C'est à ce sujet qu'il interroge les couples : "Si votre relation sexuelle c'est juste pour avoir un orgasme et qu'ensuite après on va fumer une cigarette, ou on s'endort, ou on se parle plus parce qu'on a obtenu ce qu'on voulait l'un pour l'autre, dans ce cas-là on obtient à deux ce qu'on peut obtenir seul. Quel est l'intérêt ?" Dans cette perspective, insiste le sexothérapeute, faire attention au post-lude n'est pas seulement une manière d'améliorer sa vie sexuelle... mais aussi sa vie de couple.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/