2 min de lecture Études supérieures

Santé mentale : en France, il y a "un psy pour 30.000 étudiants", rappelle Nightline France

INVITÉ RTL - Florian Tirana, président de l’association Nightline France, service d’écoute tenu par des étudiants et destiné aux étudiants, s’est exprimé sur leur isolement en période de pandémie, ce mercredi 17 février.

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
Santé mentale : en France, il y a "un psy pour 30 000 étudiants", rappelle Nightline France Crédit Image : Maud Dupuy / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot édité par Charline Vergne

"En France, il y a un psy pour 30.000 étudiants". C’est la phrase choc prononcée ce soir, par Florian Tirana, président de l’association Nightline France, service d’écoute tenu par des étudiants et destiné aux étudiants. 

Ce service, ouvert en 2017, est implanté dans quatre villes françaises : Lyon, Lille, Saclay et Paris. "On reçoit en moyenne 200 appels par semaine et nous sommes aujourd’hui la night-line la plus sollicitée au monde", précise Florian Tirana. 

L’expert évoque une profonde détresse, qui peut prendre diverses formes : matérielle, relationnelle, ou encore, liée aux études. "On entend souvent le chiffre de 1 étudiant sur 5 qui aurait un jour des idées suicidaires, mais ce taux était déjà présent en 2019, avant la pandémie". Autrement dit, si les divers confinements et la fermeture des universités ont contribué à une aggravation de la situation, le mal-être était déjà présent. 

"On est les oubliés du corona"

"Être étudiant, c’est avoir une vie sociale", poursuit le spécialiste pour qui la vie étudiante ne garantit plus ces conditions. Quid des conditions matérielles ? "Certains de mes amis m’ont confié ne prendre qu’un repas par jour", témoigne Thomas, un étudiant invité dans l’émission. Et de poursuivre : "Je trouve que l’on est les oubliés du Corona. On parle peu des étudiants, de leur détresse émotionnelle." 

À lire aussi
santé
Et si les psychologues étaient remboursés par la Sécurité sociale ?

"La situation vécue par les étudiants a été mise à l’agenda médiatique à la suite de tentatives de suicide de certains d’entre-deux, mais il ne faut pas oublier que ce mal-être est souvent invisible", indique Florian Tirana. La question de la santé mentale chez les étudiants une population plus fragile sur le plan psychique, n’est pas assez prise en considération, estime-t-il. "Aujourd’hui, ça nous pète à la gueule". 

Depuis le 1er février, les étudiants peuvent bénéficier de trois consultations gratuites de 45 minutes avec un psychologue, un psychothérapeute ou un psychiatre, rappelle Florian Tirana. "Mais une fois ces trois consultations accordées, que se passe-t-il ?"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Études supérieures Santé Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants