2 min de lecture Bien-être

Michel Cymes avertit les adolescentes : "Avant la puberté, on ne touche pas aux poils !"

Votre ado ne pense plus qu'à une chose : se débarrasser de ces poils bien trop envahissants à son goût ? Le médecin Michel Cymes rappelle les règles à observer.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes avertit les adolescentes : "Avant la puberté, on ne touche pas aux poils !" Crédit Image : iStock | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

C'est une chronique qui m'a été inspirée par une conversation dont j'ai été témoin ce été sur l'une de nos belles plages (car oui, moi sur la plage je dors seulement d'un œil et j'écoute ce qui se dit autour de moi !).

J'ai entendu une maman et sa fille se disputer (pas méchamment) à propos d'une séance d'épilation qui n'avait pas eu lieu. L'adolescente refusait de se mettre en maillot de bain parce qu'elle avait un peu de poil aux pattes. Sa mère lui rétorquait qu'elle était encore un peu jeune pour s'épiler.

La maman avait raison. Sauf qu'elle manquait un peu d'arguments pour raisonner sa fille. Il faut savoir que chez les jeunes filles l'apparition des poils survient quand elles ont 10 ou 11 ans. On est alors aux prémisses de la puberté. Il y a une règle à observer : avant la puberté, on ne touche pas aux poils.

Ensuite il faut convaincre les adolescentes qu'elles vivent, quand surviennent les premières règles, une espèce de big-bang hormonal. Celui-ci se termine généralement bien. J'entends par là que les hormones font du bon boulot, et qu'elles ont pour effet d'éclaircir et d'affiner les poils. Donc le pire en matière de pilosité n'est jamais sûr.

Pas d'épilation définitive avant 20 ans

À lire aussi
Le Vishalakshi Mantap à Bangalore en mai 2015 bien-être
Déconfinement : inspirez-vous des quatre lois de la spiritualité indienne

Si vous avez affaire à une adolescente récalcitrante ou à une pilosité récalcitrante, il existe deux solutions. Vous pouvez soit décolorer les poils, soit avoir recours à une crème dépilatoire (et non pas épilatoire !). Cette crème dissout le poil et vous donne une petite semaine de répit. En aucun cas elle n'arrache le poil, ni ne détruit la racine.

Quid des solutions radicales ? Je déconseille aux jeunes filles d'avoir recours à l'épilation définitive avant d'avoir soufflé ses vingt bougies. D'abord parce que vous allez y laisser un peu d'argent. Mais surtout parce que ce sera contre-productif si la pilosité n'est pas stable et la puberté, bien installée. Vous aurez encore plus de poils après.

Quant au rasoir, pourquoi pas ? Mais pas n'importe où : il faut éviter de l'utiliser aux endroits où la peau est fine (haut des cuisses, maillot). Le passage de la lame risque de se traduire par des poils incarnés.

En revanche, on peut l'utiliser pour les jambes, plutôt de haut en bas et après avoir pris une douche chaude (l'eau chaude assouplit les poils). J'en profite pour rappeler qu'un rasoir ne se prête pas : c'est comme la brosse à dents, c'est personnel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bien-être Epilation Adolescence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants