1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. La qualité du sperme se dégrade depuis plusieurs décennies en France
1 min de lecture

La qualité du sperme se dégrade depuis plusieurs décennies en France

Selon Santé publique France, la concentration en spermatozoïdes dans le sperme a chuté d'un tiers entre 1989 et 2005. Ce phénomène pourrait s'expliquer par les expositions aux perturbateurs endocriniens, la pollution atmosphérique ou les changements de modes de vie.

Une femme enceinte passe une échographie (illustration).
Une femme enceinte passe une échographie (illustration).
Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Camille Kaelblen & AFP

C'est une tendance inquiétante que relève Santé publique France. Dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire, l'agence sanitaire s'intéresse à la santé reproductive des hommes français. D'après des mesures réalisées sur près de 27.000 individus, la concentration en spermatozoïdes du sperme a chuté de près d'un tiers (-32,2%) entre 1989 et 2005.

Ce phénomène ne se cantonne pas à la France : une étude de 2017 parue dans la revue scientifique Human Reproduction évalue cette baisse à "1,4% par an" en moyenne dans les pays occidentaux (Amérique du Nord Europe, Australie et Nouvelle-Zélande).

Comment expliquer cette évolution ? Selon l'agence sanitaire, leurs causes pourraient être environnementales, bien qu'elles soient encore difficile à démêler. "Diverses hypothèses causales peuvent être évoquées, notamment les expositions aux PE [perturbateurs endocriniens]", avancent les auteurs de l'étude.

Les cancers des testicules en hausse depuis 1998

Autres causes possibles, qui pourraient être intriquées avec les précédentes : "le tabagisme chez les femmes enceintes, des facteurs nutritionnels ou métaboliques, la pollution atmosphérique ou des modifications de mode de vie".

À lire aussi


Parallèlement, les cas de cancers des testicules, qui se déclarent le plus souvent chez des patients âgés de 20 à 40 ans, ont progressé de 1,5% par an entre 1998 et 2014. Cette hausse "dans les populations d'origine nord-européenne depuis plusieurs décennies est un fait connu et encore inexpliqué", soulignent les chercheurs.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/