1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Hygiène menstruelle : les 4 gestes à connaître
3 min de lecture

Hygiène menstruelle : les 4 gestes à connaître

À l'occasion de la journée mondiale de l'hygiène menstruelle, RTL fait un point sur les bonnes pratiques à appliquer quand il s'agit des menstruations.

carton de protections hygiéniques
carton de protections hygiéniques
Crédit : AFP
Philippine Rouvière Flamand

Il existe de plus en plus de produits pour l'hygiène menstruelle : des classiques serviettes et tampons, à la coupe, les culottes menstruelles et même le flux instinctif, il est aisé de trouver sa solution. Pour autant, chacune représente un danger si elles sont mal utilisées. Le risque peut aller de la petite fuite qui tache au choc toxique. 

Ces risques sanitaires sont notamment liés à la précarité menstruelle, qui est la difficulté ou le manque d'accès à des protections periodiques. Pour lutter contre ce fléau, certaines écoles, universités et entreprises distribuent gratuitement des protections telles que des tampons et des serviettes. C'est notamment le cas des Crous de Nice et de Strasbourg. Cela permet aux personnes menstruées de disposer de suffisamment de protection pour le mois. Les risques sanitaires sont également liés au manque d'information. 

Tampons et serviettes

Les tampons et serviettes hygiéniques sont souvent les premières protections menstruelles données à une personne à ses premières règles. Or, ce ne sont pas les plus recommandées pour une hygiène menstruelle saine. 

Tout d'abord, un tampon mal mis peut faire mal et être peu efficace. De plus, il est absolument nécessaire de le changer régulièrement, idéalement toutes les quatre heures. En revanche, si le flux est abondant et qu'il commence à fuir, il faut le changer avant. Si un tampon n'est pas changé régulièrement, un choc toxique peut vite arriver. Cela est provoqué par la présence d'un staphylocoque doré dans l'organisme chez 30% à 40% de la population, associé à une perte menstruelle et une protection intravaginale gardée trop longtemps. Dans certains cas, ce choc peut conduire à un décès ou à l'amputation d'un membre. C'est le cas de la mannequin Lauren Wasser qui a perdu ses deux jambes suite à deux chocs toxiques. 

À lire aussi

En ce qui concerne les serviettes hygiéniques, certaines sont traitées à base de produits chimiques, comme des parfums, qui agressent la flore vaginale et peuvent provoquer des irritations voir des mycoses qui paraissent inexpliquées. 

Culotte menstruelle

La culotte menstruelle semble une solution idéale, puisqu'elle n'engendre pas de risque pour la santé si elle est changée deux fois par jour et bien nettoyée. Contrairement à un tampon ou à une serviette jetable, le sang n'est pas contenu à l'intérieur du vagin et aucun produit blanchissant ou parfumant n'est utilisé. De plus, elles sont réutilisables, c'est-à-dire qu'elles ne polluent pas l'environnement en devenant un déchet. 

Comme toutes les protections menstruelles, il est important de bien les utiliser. Si elle est mise le matin, l'idéal est de l'enlever avant d'aller dormir ou de prendre sa douche. Il faut tout de suite la rincer à l'eau froide pour que le sang ne stagne pas dans les tissus. Il faut ensuite la laver à froid, sans adoucissant. 

Il existe pour autant certains inconvenants. Tout d'abord, le prix. Comptez une trentaine d'euros pour une culotte, bien que certaines marques de fast fashion étrangères les proposent à des prix allant jusqu'à 6 euros. Si la personne qui la porte a un flux abondant, il faudra probablement la changer plus de deux fois dans la journée, ce qui n'est pas aussi pratique qu'avec une protection jetable. Enfin, esthétiquement parlant, ce type de protection menstruelle peut se voir. 

Coupe menstruelle

La coupe menstruelle est également une solution zéro déchet. Cette coupe en silicone se glisse à l'intérieur du vagin pour récupérer le sang. Mais cette méthode demande une certaine habitude. L'avantage, c'est qu'il n'est pas nécessaire de la changer avant 12 heures, elle ne se voit pas et n'a pas besoin d'être rachetée régulièrement. 

En revanche, comme toute protection intravaginale, elle nécessite une attention toute particulière. Il est nécessaire de la vider dans la journée, pour éviter qu'elle ne reste coincée. Il faut aussi la stériliser avant chaque utilisation pour limiter au maximum le risque de choc toxique. De plus, la vue du sang peut effrayer et il faut avoir accès à un point d'eau. 

La coupe menstruelle est utilisée comme alternative au tampon (illustration)
La coupe menstruelle est utilisée comme alternative au tampon (illustration)
Crédit : iStock / Getty Images Plus

Flux instinctif libre

Le flux instinctif libre est une méthode qui permet de n'utiliser aucun objet étranger à un corps sans pour autant avoir de fuite. Pour cela, il faut savoir muscler son périnée. Une fois cette étape passée, qui peut être longue et fastidieuse, la personne qui pratique le flux instinctif aura son périnée qui se contractera instinctivement et naturellement, permettant de stocker le sang dans les fornix, qui sont des petites cavités sous le col de l'utérus. Le sang est ensuite évacué aux toilettes. 

L'avantage de cette méthode, c'est qu'elle est entièrement gratuite. De plus, la plupart des personnes qui l'ont testé affirme avoir des règles plus courtes et moins douloureuses. En revanche, cela nécessite un entrainement particulier, assez risqué si on a peur de se tacher. 

Il existe également d'autres méthodes peu connues, comme les éponges menstruelles, qui sont des petites éponges de mer à humidifier avant d'insérer dans le vagin. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/