1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Précarité menstruelle : une Française sur cinq a eu recours à une alternative aux protections hygiéniques
1 min de lecture

Précarité menstruelle : une Française sur cinq a eu recours à une alternative aux protections hygiéniques

L'inflation impacte le pouvoir d'achat des Français et des Françaises. Une sur cinq aurait eu recours à des alternatives pour ses protections hygiéniques, faute de moyens.

carton de protections hygiéniques
carton de protections hygiéniques
Crédit : AFP
Philippine Rouvière Flamand

Dans un contexte d'inflation, l'observatoire E.Leclerc des Nouvelles consommations publie ses résultats sur le pouvoir d'achat des Français. On y apprend ainsi qu'une Française sur cinq aurait eu recours à des alternatives pour ses protections hygiéniques, faute de moyens financiers. Une situation de précarité menstruelle déjà signalée par plusieurs associations.

Selon l'observatoire, les femmes les plus touchées seraient les moins de 35 ans (32%) et les femmes qui ont de bas revenus (33%). En remplacement, elles utilisent du papier toilette, des mouchoirs ou des morceaux de tissu, ce qui est beaucoup moins, voir pas du tout efficace. Cette précarité menstruelle aggrave les inégalités de genre, les femmes concernées n'étants pas toujours aptes à travailler, ou ont peur de sortir de chez elles, par crainte d'avoir une fuite.

La précarité menstruelle peut également représenter des risques pour la santé: si les protections ne sont pas changées régulièrement (plusieurs fois dans la journée), elles peuvent provoquer des chocs septiques.

L'observatoire E.Leclerc met également en avant le fait que "près de 6 Français sur 10 renoncent régulièrement à acheter des produits d'hygiène pour des raisons financières", tous produits confondus. Ces personnes se tournent alors vers les produits de marques distributeurs. 45% des Français le font "par choix financier."

À écouter aussi

Le gouvernement avait pourtant assuré lutter contre la précarité menstruelle dans un communiqué du 28 mai 2021. À l'époque, cette précarité concernait déjà plus de 130.000 jeunes femmes, obligées de manquer les cours par exemple, faute de protection hygiénique. Les ministère de la Santé et des Solidarités, de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances annonçaient consacrer cinq millions d’euros à la lutte contre cette forme de précarité, avec notamment des épiceries solidaires et des distributeurs gratuits dans les universités, mais c'est encore loin d'être une généralité. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/