1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. ÉDITO - Santé : comment compenser le manque de professionnels de santé ?
2 min de lecture

ÉDITO - Santé : comment compenser le manque de professionnels de santé ?

La crise sanitaire a soulevé un problème, le manque de personnel soignant. Cette situation n'est pas seulement le cas en France, mais partout dans le monde.

Un couloir d'hôpital (photo d'illustration)
Un couloir d'hôpital (photo d'illustration)
Crédit : Thibaut Durand / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Santé : les hôpitaux face à un manque de personnel
00:03:44
Santé : les hôpitaux face à un manque de personnel
00:03:44
François Lenglet

À compter de ce lundi 20 décembre, les heures supplémentaires seront payées doubles à l’hôpital. Une mesure afin de lutter contre l’incroyable pénurie de soignants qui frappe le système de santé français. C’est le Premier ministre Jean Castex qui l’avait annoncé vendredi 17 décembre, lors de sa conférence de presse. 

Faire monter les prix pour tenter d’attirer le personnel manquant dans les hôpitaux, en particulier les infirmiers. Martin Hirsch, le patron de l’APHP, qui gère 39 établissements hospitaliers en Île-de-France, a lui aussi lancé une campagne de recrutement, où l’on proposait à la fois un travail, une prime à l’embauche et des facilités de logement. Mais le résultat quasi-nul. 

Conséquence pointée par le Conseil scientifique, un lit sur cinq est fermé dans les grands hôpitaux publics français, faute d’infirmières, d’aides-soignantes mais aussi de médecins. 1.300 démissions d’infirmières auraient été enregistrées cette année. Un millier d’étudiants ont abandonné le métier en cours de formation, notamment après avoir été mobilisé lors des premières vagues Covid-19. Et près de 10% du personnel soignant serait en arrêt maladie.

La crise sanitaire, un élément révélateur

La crise sanitaire a été un élément révélateur de cette situation. Burn-out causés par la surcharge de travail en effet durant les premières vagues, environnement administratif complexe et paralysant, salaire insuffisant, absence de progression dans les carrières, tout cela s’est cumulé. 

À écouter aussi

Conséquence, un bon nombre de professionnels préfèrent exercer en intérim, recrutés à la journée, par exemple dans les centres de vaccination, plutôt que de faire de longues gardes sous-payées dans les hôpitaux. Et ce qui est saisissant, c’est qu’il s’agit d’un problème qui dépasse largement la France.

Une situation similaire dans d'autres pays

Cette situation n'est pas seulement en France. Aux États-Unis, le problème est tel que depuis quelques jours, de nombreux hôpitaux se remettent à recruter du personnel non vacciné, en contradiction avec une directive de l’administration Joe Biden, qui avait rendu le vaccin obligatoire pour les soignants. 

En Belgique, selon les organismes professionnels, pour deux infirmières qui arrivent, cinq disparaissent. Plusieurs dizaines de milliers de diplômés des écoles d’infirmiers en âge de travailler n’exercent pas ou plus cette profession. En Allemagne, le même problème a causé la fermeture de 4.500 lits à l’hôpital, soit 17% de la capacité d’accueil. L’Allemagne, l’Autriche, la Suisse tentent de faire appel aux diplômés des pays voisins, comme la Slovénie et la Roumanie, qui sont, elles, en voie de désertification médicale avancée

Au Royaume-Uni, la situation est dramatique au NHS, le service de santé public, à la fois à cause du blues des soignants et du durcissement des règles d’immigration qui a suivi le Brexit. Il y a aujourd’hui 8.000 infirmières de moins outre-manche qu’en 2016. 

Quelles solutions à ce problème généralisé ?

Le Conseil International des Infirmières estimait qu’il va manquer jusqu’à 13 millions de professionnelles dans le monde, au moins trois ou quatre ans. En France, le Ségur de la santé a augmenté les salaires de base de 290 euros par mois, ce qui porte la rémunération en début de carrière à un peu plus de 2.000 euros par mois.

Mais cela ne règle pas ni les questions d’organisation ni la progression de carrière, alors que le système de santé, indépendamment de l’épidémie et de son devenir, sera de plus en plus sollicité compte tenu du vieillissement, et aura donc besoin de davantage de bras encore qu’aujourd’hui. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.