1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Dry January : "Le plus dur, c'est la pression sociale", assure Fédération Addiction
1 min de lecture

Dry January : "Le plus dur, c'est la pression sociale", assure Fédération Addiction

INVITÉE RTL - Plus d'un Français sur 10 avait tenté l'expérience en 2021. Le Dry January est de retour en 2022, l'occasion de "faire une pause" dans la consommation d'alcool.

L'alcool est responsable de 16.000 décès par cancer chaque année.
L'alcool est responsable de 16.000 décès par cancer chaque année.
Crédit : krisanapong detraphiphat / GETTY
Dry January : "le plus dur, c'est la pression sociale", estime l'association France Addiction
07:26
Dry January : "le plus dur, c'est la pression sociale", estime l'association France Addiction
07:26
Christophe Pacaud - édité par Benoît Leroy

Un mois de janvier de 2022, placé sous le signe du défi. Depuis le 1er janvier et jusqu'à la fin du mois, l'association Fédération Addiction lance une nouvelle édition du "Dry January". Une pratique venue du monde anglo-saxon qui vise, pendant 31 jours, à faire une pause dans sa consommation d'alcool.

"L'approche est ludique, le but est de savoir où l'on en est sur sa consommation" d'alcool, explique Catherine Delorme, vice-présidente de Fédération Addiction qui porte cette opération depuis 2020. C'est un "gain au plan personnel, pour des raisons économiques puisque l'alcool coûte cher, mais pour le sommeil également", explique-t-elle au micro de RTL.

Avec cette édition 2022, c'est la troisième année consécutive que l'association organise cet événement. Une habitude qui a permis de faire remonter quelques retours d'expériences, comme l'explique Catherine Delorme. "Pour les participants, le plus dur, c'est l'impact dans la sphère sociale quand vous dîtes que vous ne buvez pas. Le plus dur, c'est la pression sociale", pointe-t-elle.

Vers davantage de participants en 2022 ?

Malgré le contexte sanitaire et d'éventuelles envies de se retrouver ensemble, en famille après près de deux ans de restrictions, l'association s'attend à voir affluer davantage de volontaires. 

À lire aussi

"La campagne a été très relayée. En plus, durant les confinements, nous avons été sollicités par un grand nombre de participants pour relancer cette campagne. Un certain nombre d'entre eux s'apercevaient qu'en étant coupé de son rythme, ils avaient tendance à consommer plus régulièrement", détaille la vice-présidente de Fédération Addiction.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/