3 min de lecture Sciences

Don du sang : demain, tous donneurs universels ?

Des chercheurs canadiens pourraient avoir trouvé le moyen de transfuser à un malade le sang de n'importe quel donneur, quel que soit son groupe.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Don du sang : demain, tous donneurs universels ? - La revue de presse du 29 août 2018 Crédit Image : FRED DUFOUR / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Amandine Begot
Amandine Begot

Du sang et des larmes dans la presse ce mercredi 29 août. Le sang d'abord, avec cette avancée qui pourrait littéralement révolutionner la médecine. Des chercheurs disent avoir trouvé le moyen de transformer le sang de chacun d'entre nous en sang universel, quel que soit le groupe - A, B, AB ou O. En clair, n'importe qui pourrait recevoir le sang de n'importe qui. Plus besoin de se soucier du groupe.

Ces chercheurs, explique le journal Le Monde, sont Canadiens. Ils ont découvert une enzyme présente dans nos intestins qui serait capable de modifier le sang des groupes A, B ou AB. L'enzyme permettrait aussi de détruire les antigènes qui font que jusqu'ici un malade du groupe B ne peut recevoir que du sang d'un donneur B ou du donneur O, ceux qu'on appelle donneurs universels. 

Des tests doivent encore être réalisés, mais cette avancée suscite de nombreux espoirs. Avec une population qui vieillit, les besoins grandissent et les donneurs volontaires sont de moins en moins nombreux. Voilà donc peut-être la solution à une éventuelle pénurie.

À lire aussi
Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa Propulsé
SpaceX : un milliardaire japonais sera le premier touriste envoyé autour de la lune

Hulot se serait décidé la veille

Du sang, on le disait, et des larmes. Ces larmes, ce sont celles de Nicolas Hulot. Le ministre démissionnaire fait ce matin la Une de tous vos journaux ou presque. "Séquence démission" titre La Provence. "Hulot lâche Macron" à la Une du Courrier Picard, "Impuissant" titre L'Union. À en croire Le Parisien-Aujourd'hui-en-France, seul Allain Bougrain-Dubourg, son ami écolo aurait peut-être pu se douter.

Lundi 27 août soir, en sortant de l'Élysée après cette fameuse réunion avec les chasseurs, Hulot l'appelle et lui confie ceci : "J'aurai demain une décision importante à prendre". Rien de plus mais, rétrospectivement, on comprend. Il y a encore quelques semaines pourtant, le désormais ex-ministre de l'Écologie se décrivait comme un ministre du long terme. Cela peut faire sourire.

La démission de Hulot, appel à la prise de conscience ?

Mais c'est vrai, c'est à lire dans le tout nouveau numéro de We demain, cette revue qui évoque le monde de demain et qui sort cette semaine. Nicolas Hulot leur a accordés un grand entretien cet été, au début du mois d'août, il n'y a pas si longtemps donc. Il prend la pose, détendu visiblement, sur le pas de la porte de son bureau, celui-là même dans lequel il s'est retranché pendant des heures mardi 28 août après l'annonce de sa démission.

L'idée de cet entretien est de voir comment serait le monde en 2040 si le plan Hulot est appliqué. Celui qui est encore ministre évoque ainsi un monde sans pesticides, sans voitures à essenceoù les plastiques ont disparu de la plupart des rayons. Il semble plutôt confiant, optimiste, lui qui se pose alors comme le ministre du long terme. Rétrospectivement tout de même, on se dit qu'il avait peut-être quelques doutes.

Des doutes sur l'implication de Macron dans l'écologie

À la question "Emmanuel Macron a-t-il fait entrer la France dans le XXIe siècle ?", Nicolas Hulot répond par une série de "si". "S'il a tenu le cap et si, pendant ces prochaines années, il a un principe de cohérence absolue". "C'est-à-dire, explique alors Hulot, s'il a synchronisé le modèle économiques avec les exigences écologiques. S'il s'attaque aux causes en même temps qu'il s'attaque aux effets". Des "si" qui sonnent aujourd'hui comme une mise en garde. Un appel.

"Appel au sursaut général". C'est comme ça qu'Isabelle de Gaulmyn décrypte cette démission dans La Croix. "Cette démission, écrit-elle, va bien au-delà du jeu politique. C'est un aveu d'impuissance, mais un aveu qui concerne l'ensemble de notre société". "Une société poursuit- elle, incapable de descendre dans la rue pour laisser à ses enfants une planète décente, et qui égoïstement assiste aux conséquences du réchauffement climatique sans vouloir renoncer à son confort".

"Si l'on continue, dit-elle, à penser comme l'ancien monde, on n'évitera pas la catastrophe. La maison brûle, et un ministre vert ne suffit pas. Mais un gouvernement non plus". "C'est, conclut-elle, toute la société qui doit bouger. C'est à dire nous tous".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sciences Sang Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794574878
Don du sang : demain, tous donneurs universels ?
Don du sang : demain, tous donneurs universels ?
Des chercheurs canadiens pourraient avoir trouvé le moyen de transfuser à un malade le sang de n'importe quel donneur, quel que soit son groupe.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/don-du-sang-demain-tous-donneurs-universels-7794574878
2018-08-29 11:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yXWGR5YzoGVMap9P2LqJrw/330v220-2/online/image/2017/0830/7789894572_un-volontaire-donne-son-sang-lors-d-une-collecte-ponctuelle-de-sang-a-paris-pour-la-journee-internationale-du-don-du-sang-en-2011.jpg