2 min de lecture Troubles du sommeil

Covid long : une étude révèle un lien entre les troubles du sommeil et la maladie

VU DANS LA PRESSE - Une étude menée par le CHU de Grenoble et le laboratoire HP2 affirme qu'il existe un lien entre l'apnée du sommeil et les formes graves du coronavirus.

Confinement : le sommeil joue un rôle crucial dans l'apprentissage. Un sommeil de qualité favorise la mémoire.
Confinement : le sommeil joue un rôle crucial dans l'apprentissage. Un sommeil de qualité favorise la mémoire. Crédit : iStock
Camille Guesdon
Camille Guesdon journaliste

Il y aurait un lien entre les troubles du sommeil et des formes graves de la Covid-19. C'est ce que révèle une étude grenobloise. Le protocole "co-survivors" a été lancé en avril 2020 au CHU Grenoble-Alpes sur des patients atteints du coronavirus. Le CHU de Grenoble et le laboratoire HP2 se sont associés pour mener le protocole, avec les CHU de Nancy, Créteil, Bobigny ainsi que le centre hospitalier Alpes-Léman.

Renaud Tamisier, pneumologue-physiologiste et spécialiste du sommeil, dirige ce protocole. Invité ce mardi au micro de France Bleu, il affirme que "pour les patients qui participent à la cohorte spécifique à l’étude "co-survivors", ils auront un suivi un peu plus large qui regardera également le plan cardiovasculaire et du sommeil pour voir s’ils souffrent de troubles du sommeil ou de l’apnée du sommeil".

En effet, l'objectif de cette étude est de recueillir les données des patients ayant été contaminés par la Covid-19 et de faire un suivi sur cinq ans. Le but est d'observer si les patients ont des séquelles respiratoires ou d'autres séquelles comme les troubles du sommeil.

"Une présence plus importante d’apnée du sommeil que dans la population générale"

Selon la première découverte de l'étude, il existe un lien entre l'apnée du sommeil et les formes graves de la maladie. Renaud Tamisier explique que dans l'étude "nous démontrons que non seulement ils sont plus à risque de tomber malade mais surtout ils sont plus à risque de développer une forme grave de la maladie car dans notre cohorte nous avons une présence plus importante d’apnée du sommeil que dans la population générale". Il ajoute que "nous sommes à 10% dans la population générale alors que dans la cohorte nous sommes à plus de 50%."

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : "Nous n'oublierons aucun visage, aucun nom", affirme Macron

Sur les 220 patients suivis par le protocole, certains sont atteints de "covid-long", c'est-à-dire qu'ils gardent des symptômes même après la maladie. Mais le spécialiste du sommeil n'est pas sûr que "le terme "covid-long" soit le plus approprié en termes de définition", mais "qu'il existe différents types de patients dans la cohorte". Certains patients ont plutôt des symptômes respiratoires, d'autres ont perdu beaucoup de masse musculaire. "D'autres patients gardent une fatigue inexpliquée".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Troubles du sommeil Hôpitaux Grenoble
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants