2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : "une situation inédite", confie le président du conseil scientifique

INVITÉ RTL - "Nous avions dès la fin janvier une série de signaux d'alerte", affirme Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique sur le Covid-19, au sujet de la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus en France.

Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Bastien Hauguel

En pleine pandémie de coronavirus, la direction générale de la Santé a transmis, au matin du mercredi 18 mars, un document aux hôpitaux qui donneraient des consignes pour prioriser les patients en cas de saturation des services. "On va essayer d'éviter ce type de décision", explique Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique sur le coronavirus et du Comité consultatif national d'éthique. "Tout est fait pour essayer d'écrêter la phase épidémique, de façon à laisser à l'ensemble des structures hospitalières la capacité de réponse pour les formes les plus graves". 

Selon le médecin, les tris d'urgence n'ont pas encore été mis en place à ce stade, "sauf peut-être dans une zone de tension très forte, comme celle de Mulhouse". "C'est une chose qui sera toutefois malheureusement envisagée. (...) Des comités de soutien éthiques sont en train de se mettre en place auprès des équipes hospitalières pour les aider à pouvoir prendre des décisions très difficiles."

En parallèle, Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé partie briguer la mairie de Paris sans succès, est sortie hier de son silence en affirmant avoir donné l'alerte sanitaire dès janvier au président de la République Emmanuel Macron, et qu'elle n'a pas été suivie. "Les scientifiques étaient inquiets, mais je pense que la majorité d'entre eux n'avaient pas perçu la situation épidémiologique terrible dans laquelle nous nous trouvons depuis une semaine", confie Jean-François Delfraissy. "C'est une situation totalement inédite, j'ai déjà vécu plusieurs grandes crises comme celle du Sida et d'Ebola. Mais la rapidité et les conséquences avec laquelle s'est installé le covid-19 est quelque chose d'extrêmement surprenant", déclare le président du Comité consultatif national d'éthique. "Nous avions dès la fin janvier une série de signaux d'alerte. (...) Mais, à titre personnel, je n'avais pas perçu l'importance que cela pourrait donner."

Les contrôles pourraient être renforcés

L'Institut Harris Interactive explique ce matin pour RTL que les Français, à 60%, approuvent et font confiance au gouvernement pour les décisions prises. Dans la même proportion, ils se méfient toutefois de leurs voisins en pensant que ces derniers ne respecteront pas les mesures de confinement. "L'enjeu majeur désormais est l'acceptabilité des Français et la conduite individuelle de chacun d'entre nous", rappelle Jean-François Delfraissy. "Je vous en supplie, il faut absolument avoir une vision civique et citoyenne : respectez les consignes, pour vous-mêmes et aussi pour les autres."

À lire aussi
Le président de la République Emmanuel Macron le 25 mars 2020 coronavirus
"Macron semble reprendre en main son récit politique", affirme Pauline de Saint-Rémy

Se dirige-t-on, par ailleurs, vers des mesures encore plus contraignantes dans les jours et les semaines à venir ? "Le Comité regardera se qui se passe dans les deux-trois jours qui viennent, et conseillera d'aller plus loins si besoin", explique le médecin. "Cela entraînera des contraintes encore plus fortes, avec des contrôles renforcés."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants