3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : retour sur l'histoire des gestes barrières

En 1847, un médecin autrichien découvre l'importance de se laver les mains pour éviter de contaminer ses patients. C'est le début de deux siècles d'une réflexion hygiéniste qui nous a conduit jusqu'au gel hydroalcoolique.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus : retour sur l'histoire des gestes barrières Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Benoît Collet

Dans le monde d'après, les gestes barrières sont devenus un outil indispensable pour la santé. On le sait moins, mais l'hygiène des mains, l'usage des masques et la distance physique ont déjà été utilisés dans la lutte contre les virus et les épidémies.Ils ne s'appelaient pas encore gestes barrières, mais leur usage a régulièrement été de rigueur au cours de l'histoire : voici un voyage dans le temps, du milieu du XIXème siècle à nos jours.


En 1847, au service maternité l’hôpital de Vienne en Autriche, le médecin obstétricien Ignace Philippe Semmelweis découvre l’importance de se désinfecter les mains. Dans sa clinique cette année-là, 18% des femmes décèdent des suites d’un accouchement. Un jour, un ami du professeur Semmelweiss, professeur d’anatomie, décède après s’être blessé accidentellement avec un scalpel. Le professeur réalise que quelque chose se transmet par les mains. 

"C’est lui qui a imposé le lavage des mains au sein de son service. Avec un des agents les plus efficaces pour détruire les bactéries, la chlorure de chaux. Tout de suite il y a eu un impact magnifique et la mortalité a été réduite", narre le professeur Didier Pittet, infectiologue, spécialiste de l’hygiène des mains.
   
Semmelweiss, colérique et autoritaire finit, malgré sa découverte, par être renvoyé. Il termine ses jours en hôpital psychiatrique. 

Pasteur, obsédé des bactéries

L’histoire se poursuit en France, du milieu jusqu'à la fin du XIXeme siècle. Avec Louis Pasteur, à l’origine du vaccin contre la rage et notamment d’une théorie sur l’existence des microbes. Le célèbre médecin préconise la stérilisation, le nettoyage des instruments médicaux par le feu et la propreté des mains.

À lire aussi
Union européenne
Coronavirus : le Conseil européen face à la fermeture des frontières

"Il a commencé à comprendre l’hygiène de l’environnement. À la fin de sa vie, Pasteur était un obsédé des bactéries. Les grands progrès de la médecine au départ sont liés à l’hygiène", explique encore Didier Pittet.

En parallèle, les épidémies de peste mènent aux mêmes conclusions qu’aujourd’hui. Pour se protéger, il faut éviter les contacts avec les malades. "On fait petit à petit le lien entre le pestiféré et le risque de transmission de la maladie. On comprend qu’il faut éviter de toucher. On voit très vite des gens déguisés avec des masques à long nez, pour ne pas être en contact avec les malades", poursuit le spécialiste de l'hygiène des mains.

L'invention du gel hydroalcoolique

En France, dans l’entre deux guerres et surtout à partir des années 1950, l’hygiène, notamment le lavage des mains, devient un enjeu de santé publique, dont le gouvernement se saisit. Désinfecter les tétines des biberons, se laver les cheveux pour éviter les poux, dans les écoles, les cours d’hygiène sont des pratiques qui se développent.

À partir des années 1970, l’inquiétude gagne les hôpitaux. Plusieurs cas d’épidémies transmises aux patients se développent, malgré les consignes de lavage des mains chez les soignants. À Genève, au début des années 1990, le professeur Didier Pittet cherche une solution.

"Ce qu’on remarque c’est que ça prend trop de temps de se laver les mains. Se rincer les mains, ça prend une minute, et une infirmière va devoir le faire 22 fois par jour. Ce qui est impossible. Matériellement une infirmière n’a pas le temps à passer autant de temps à se laver les mains, elle a des soins à prodiguer". Son idée pour gagner du temps : remplacer le savon et l’eau par du gel hydroalcoolique. 

L’usage de ce gel qui sèche tout seul va se développer à la fin des années 2000 jusqu'à devenir un must-have durant la crise sanitaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Hygiène Histoire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants