1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : on a testé le masque sportif de Decathlon pour le sport en intérieur
4 min de lecture

Coronavirus : on a testé le masque sportif de Decathlon pour le sport en intérieur

L'enseigne sportive va lancer à partir de fin mai le premier masque barrière relevant de la norme AFNOR pensé pour les activités sportives en intérieur. Nous avons pu l'essayer avant sa sortie.

Le masque sportif Decathlon
Le masque sportif Decathlon
Crédit : Decathlon
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Il doit permettre de sécuriser la reprise de l'activité physique dans les salles de sport. Le masque barrière sportif de Decathlon respectant la norme AFNOR, façonnée en début d'année par les professionnels et les industriels du secteur en lien avec les autorités, va débarquer sur le site Internet de l'enseigne à partir de la fin du mois de mai (fin juin en boutique), quelques jours avant la réouverture des clubs sportifs et la reprise des cours collectifs le 9 juin. 

Vendu au prix de 9 euros, il vient combler les limites inhérentes à la pratique du sport dans le respect des gestes barrières : l'effet ventouse désagréable qui survient lorsqu'un masque chirurgical se colle à la bouche durant l'effort et l'altération de ses capacités de filtration par l'humidité. Le masque de Decathlon allie pour cela allie des propriétés de filtration, de respirabilité, de maintien et de confort conformément aux standards énoncés par la norme AFNOR.

Conçu à base de polyester recyclé, il est le fruit de la combinaison de trois composants en tissu superposés "de façon à permettre la filtration indispensable pour remplir les caractéristiques d'un masque barrière, mais également une perméabilité suffisante afin de permettre la respirabilité nécessaire à la pratique du sport", explique Decathlon. 

Il s'agit d'un masque de catégorie 1 qui filtre au moins 90% des particules de 1 millième de millimètre et peut être lavé cinquante fois (avec un filet de protection), soit un coût de 18 centimes par utilisation. Au-delà de ce seuil, il perd en capacité de filtration. 

Pas préconisé pour les efforts à haute intensité

À lire aussi

Nous avons pu essayer un modèle durant quelques jours. Avant de l'utiliser pour la première fois, il convient de l'ajuster au visage à l'aide d'un système de serrage à deux boucles. Une lanière le maintien le long du cou et une autre sur le sommet du crâne. Le système assure un bon maintien mais nous vous conseillons de le compléter par une casquette si vous ne voulez pas avoir à le réajuster durant votre séance.

Le masque sportif Decathlon dispose de deux attaches réglables permettant d'assurer un bon maintien durant l'effort
Le masque sportif Decathlon dispose de deux attaches réglables permettant d'assurer un bon maintien durant l'effort
Crédit : Decathlon

À l'instar du masque sportif commercialisé en mars par Salomon, qui devrait également lancer son propre masque relevant de la norme AFNOR dans les prochaines semaines, la spécificité du masque de Decathlon réside dans une structure rigide située entre le tissu et la bouche, qui forme une sorte de museau au-dessus des lèvres pour éviter tout contact entre le tissu et la bouche durant l'effort. La matière en polyester est pensée pour faciliter l'évacuation de l'air expiré et éviter la sensation d'humidité.

Les promesses sont plutôt tenues en pratique. Le masque permet effectivement de respirer plus facilement, sans effet ventouse, et nous n'avons pas eu de sensation d'étouffement durant nos séances de fitness. Le masque tient bien en place, malgré les mouvements, a fortiori sur un visage rasé de près, comme le conseille justement Decathlon dans la notice d'utilisation. 

En revanche, il n'est pas du tout préconisé pour courir à une allure importante ou pour réaliser des exercices à haute intensité, caractérisés par un essoufflement important. "Il est adapté à des activités à 85% de la fréquence cardiaque maximale, dans des allures de confort où l'utilisateur est en mesure de tenir une conversation, par exemple des sorties de course à pied à allure modérée, de type endurance fondamentale ou entrainement d’entretien", explique Decathlon.

En l'état, le masque est conçu et testé pour les sports individuels sans contact outdoor et indoor. Mais d'autres tests en conditions réelles doivent être menés pour les sports collectifs pouvant entraîner des chocs et les sports de contacts avec les fédérations concernées pour travailler à son homologation.

Pas obligatoire dans les salles de sport

Le port de ce masque ne sera pas imposé dans les salles de fitness. Évoqué un temps, le caractère obligatoire n'a pas été retenu lors des tractations entre les professionnels du secteur et les autorités. "C'était une demande du syndicat. Les patrons de salles auraient dû mettre en place des contrôles pour vérifier que les visiteurs disposent bien d'un masque aux normes. Et nous avons mené des tests qui n'ont pas été concluants sur les efforts à haute intensité car il empêche de ventiler normalement, comme le précise d'ailleurs la norme AFNOR", explique Thierry Doll, président de France Active-FNEAPL, premier syndicat du secteur, joint par RTL.

Le protocole sanitaire publié le 20 mai prévoit seulement le port d'un masque chirurgical hors du temps de pratique sportive, dans les zones de circulation entre les équipements, à l'entrée dans l'établissement ou dans les vestiaires. Les salles devront aussi se contenter d'une demi-jauge jusqu'au 30 juin et mettre en place des mesures de distanciation sociale entre les équipements, avec désinfection des machines et utilisation de gel hydroalcoolique.

Quelle est la place du masque barrière de Decathlon dans ce dispositif ? Il s'agit avant tout d'un outil supplémentaire mis à la disposition des sportifs. "Beaucoup de salles les proposeront à la vente mais leur utilisation est laissée à l'initiative des pratiquants, explique le cabinet du ministère des Sports, joint par RTL. L'idée était de ne pas rajouter une contrainte mais de redonner de la confiance aux pratiquants, de rassurer un certain nombre de publics frileux à l'idée de revenir faire du sport à l'intérieur". Et si la situation sanitaire se dégrade à nouveau, les autorités n'excluent pas de le rendre obligatoire avant d'envisager une nouvelle fermeture des salles.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/