1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : non, le port du masque n'est pas nocif pour les enfants
2 min de lecture

Coronavirus : non, le port du masque n'est pas nocif pour les enfants

FACT CHECKING - Des rumeurs sur les méfaits du masque sur les enfants tournent sur Facebook, les mêmes qu'au printemps concernant les adultes.

Un enfant qui se fait dépister au coronavirus à Los Angeles, le 15 juillet 2020
Un enfant qui se fait dépister au coronavirus à Los Angeles, le 15 juillet 2020
Crédit : MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Coronavirus : non, le port du masque n'est pas nocif pour les enfants
02:52
Coronavirus : non, le port du masque n'est pas nocif pour les enfants
02:52
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Nicolas Barreiro

Le port du masque par les enfants à l’école suscite de nombreuses interrogations et le retour d’une intox persistante : le masque serait mauvais pour la santé. Cette rumeur évoque un souvenir du premier confinement, à une différence près.

En mars, on croisait des gens qui nous disaient : "Le ministère de la santé ment sur les chiffres, c’est sûr, ça vient d’un ami d’ami médecin". En novembre : "Le ministère de la Santé ment sur les chiffres, c’est sûr, ça vient d’un ami d’ami médecin pour enfants". On retrouve de plus en plus de pétitions en ligne contre le masque à partir de six ans pour des raisons notamment pratiques mais certaines de ces protestations s’appuient sur une publication Facebook particulièrement virale. 

Il y est écrit que les enfants qui portent un masque peuvent avoir "les gaz du sang modifiés", respirer "CO2 et toxines" ou développer "des bronchites obstructives qui vont abîmer leur cœur par décompensation". Ce genre d’arguments était utilisé déjà contre le port du masque avant l’été mais là appliqué aux enfants, forcément, ça touche une corde sensible.

Interrogé par le journal Le Monde, le médecin de santé publique spécialiste en physiologie respiratoire Gilles Dixsaut explique que "respirer son propre C02, c’est ce qu’on fait en permanence. Avec un masque, on rajoute quelques millilitres, mais cela ne change strictement rien à la physiologie respiratoire". Il ne faut pas confondre problème pratique de port du masque avec problème physique.

Des attestations pour les professeurs et les élèves concernant le port du masque ?

À lire aussi

Une autre rumeur persiste sur Facebook, concernant une attestation ou plutôt une déclaration de responsabilité. Un formulaire à faire signer par  les "maîtres d’école", explique l’internaute qui l’a partagé. Les professeurs déclareraient "assumer personnellement l’entière responsabilité pour toute incidence sur la santé" liée à "l’obligation de porter un masque facial". 

C’est bien sûr faux, explique le ministère de l’Éducation nationale, inutile de la glisser dans le cartable de votre enfant. 

Refuser de laisser son enfant aller à l'école c'est possible ?

D’autres vont encore plus loin. Réaction 19, une association qui conteste les mesures sanitaires et notamment les masques en invoquant des textes de loi, à chaque fois retoqués, propose aux parents refusant que leurs enfants portent des masques en cours, une "notification écrite du refus d’accès à l’école et du fondement sur lequel le responsable se fonde". L’association encourage même les parents à déposer une main-courante "pour stigmatiser le refus de scolarité".

Ceci est illégal, la réglementation est claire, l'article 36 de l’arrêté du 29 octobre dernier sur les mesures de l’état d’urgence sanitaire stipule que "les élèves des écoles élémentaires", y compris "les enfants de six ans ou plus" doivent porter un masque dans l’enceinte de l’école. 

De plus le ministère de l’Éducation précise que "le directeur d’école peut refuser l’accès de l’établissement à un élève qui ne porterait pas le masque", dès qu’un enfant a plus de 6 ans. Il rappelle avant tout que qu’un masque doit être proposé à l’enfant avant tout refus d’accès, et que l’enfant ne peut être laissé seul sur la voie publique. Même le coronavirus n’est pas un barrage assez fort contre les récupérateurs de colère, une autre épidémie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/