3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : les tests sérologiques sont-ils vraiment fiables ?

Depuis quelques semaines, des Français se rendent dans des laboratoires d'analyse pour réaliser des tests sérologiques afin de s'avoir s'ils ont été infectés par le coronavirus. Mais sont-ils fiables ?

>
Coronavirus : l'alerte du président du Syndicat des biologistes sur les tests sérologiques Crédit Image : Schneyder Mendoza / AFP | Crédit Média : Christelle Rbière | Durée : | Date :
Youen
Youen Tanguy Journaliste

C'est une des mesures visant à éviter une deuxième vague de contaminations. Le 28 avril dernier, le Premier ministre annonçait que 700.000 tests sérologiques seraient réalisés quotidiennement à partir du 11 mai. Depuis, des milliers de personnes se sont rendues dans des laboratoires d'analyse, notamment à Paris, sans ordonnance.

Dans le XVIe arrondissement de Paris, un laboratoire a vu les premiers patients venir se faire tester il y a 15 jours, trois semaines  Mais depuis le début du déconfinement, ça s’accélère. Ils reçoivent aujourd'hui 150 à 200 demandes de tests par jour.

Ces examens viennent en complément des tests virologiques, qui permettent de poser un diagnostic et de dire si un malade est infecté au moment où on les réalise. Ils se font en laboratoire par prise de sang et cherchent à détecter les anticorps que l'organisme produit vis-à-vis d'un virus.

Ils permettent de savoir - par la détection d'anticorps - si une personne est malade ou a été malade pour compléter ou confirmer le diagnostic. En revanche, ils ne permettent pas de dire si une personne est contagieuse ou si elle est protégée face au coronavirus. Mais ces tests ont-ils fait leur preuve ? Plusieurs voix, dont celles des autorités sanitaires, mettent en gardent sur leur fiabilité.

Un test négatif ne veut pas forcément dire que vous n'avez pas eu le virus

À lire aussi
Jean Castex, le 4 juillet 2020 Coronavirus France
Coronavirus : Jean Castex prépare la France "à une éventuelle deuxième vague"

Comme l'explique la Haute autorité de la santé (HAS), la production d'anticorps est généralement "détectable chez les patients symptomatiques à partir de la deuxième semaine suivant l’apparition des symptômes". Mais on a déjà remarqué des cas de productions d'anticorps plus tard, notamment chez des patients asymptomatiques. Des éléments qui peuvent entraîner des faux négatifs, c'est à dire de tests indiquant de faux résultats. 

"Si vous avez un test sérologique négatif, vous n'avez donc pas d'anticorps, ça ne veut pas forcément dire que vous n'avez pas contracté le virus, a alerté le président du Syndicat des biologistes François Blanchecotte sur RTL. On a des gens qui ne répondent pas, qu'on ne détectent pas." 

Lors d'une conférence de presse du 19 avril dernier, Olivier Véran le ministre de la Santé avait assuré que "certains d'entre eux ont 40 % de faux négatifs". Ce qui veut dire que quatre tests sur dix ne détecteraient pas d'anticorps alors qu'ils sont bien présents. 

Des questions sur la précision des tests

Comme l'indiquent nos confrères de Libération, certains spécialistes s'interrogent également sur la précision de ces tests. "Une large part de la population est infectée par des coronavirus chaque année, indique Frédéric Tangy, chef du laboratoire virus et immunité de l'Institut Pasteur. Il faut être sûr que les tests repèrent bien les anticorps contre Sars-CoV-2, et pas ceux d’autres coronavirus"

Sciences et Avenir relaie également les propos du journal professionnel allemand Ärzteblatt, selon qui "les tests sérologiques disponibles sur le marché international (...) ne sont pas entièrement fiables. Ils réagiraient en effet parfois à la présence de coronavirus inoffensifs, contre lesquels 90% des individus sont porteurs d’anticorps".

"Trop d'incertitudes sur leur fiabilité"

"À ce jour, la place des tests sérologiques est limitée, car il existe trop d’incertitudes sur leur fiabilité, assurait récemment le ministère de la Santé à nos confrères du FigaroLeur usage n’est donc ni recommandé ni conseillé pour un dépistage individuel. Ces tests ne sont néanmoins pas interdits, car ils disposent d’une autorisation de mise sur le marché via le marquage CE." 

Pour François Blanchecotte, "les tests sérologique ne sont pas forcément des tests qui doivent être réalisés à grande échelle" pour le moment. Il dit s'en remettre à l'avis des autorités sanitaires. "On attend très rapidement la proposition de la liste de tests qui auraient les qualités définies de la HAS, à savoir une spécificité extrêmement forte de 90, 95 à 98%."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Test
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants